Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 15 sur 37

Discussion: Apple : un besoin pressant de renouveau

  1. #1
    Administrateur Avatar de Thocan
    Date d'inscription
    décembre 2006
    Âge
    40
    Messages
    7 134
    Je possède : Beaucoup, depuis la Gen4...

    Apple : un besoin pressant de renouveau

    L'été a ceci de bon, qu'il permet quelques longs voyages durant lesquels l'esprit se promène, divague et permet - parfois - de rassembler quelques pensées. Je vous livre ici (ça n'a rien à faire en actus Archos !) mes impressions quant au futur d'Apple...

    Liminaire

    Alors que la firme de Cupertino multiplie les exploits financiers et ce, même dans une crise économique qui touche les plus puissantes sociétés de ce monde (cf. Intel et Microsoft), difficile de proposer un tel titre sans passer pour un horrible trolleur.
    Et pourtant, Apple pourrait, à mon sens, être rapidement confronté à un risque important de perte d'influence dans le milieu technologique.
    Explications.

    1. Une offre de baladeurs audio/vidéo à bout de souffle

    Si Apple n'a que rarement été à la pointe de la technologie, les équipes de Steve Jobs ont en revanche toujours parfaitement su intégrer au mieux les différents composants électroniques d'une part, pour proposer aux consommateurs les designs les plus compacts du marché, et l'environnement applicatif d'autre part, malgré les nombreuses contraintes imposées à l'utilisateur (la plus évidente étant l'obligation de passer par iTunes).
    En parallèle, certaines fonctions ergonomiquement novatrices telles que la molette, le coverflow et plus récemment le multitouch, associé à un marketing performant, lui ont permis au cours de la première décennie du XXIème siècle d'imposer avec talent son image de marque dans l'esprit des consommateurs avec, pour conséquence, le fagocitage quasi intégral du marché des baladeurs audio/vidéo.

    Mais aujourd'hui, le marché des iPods semble désormais arrivé à une pleine maturité, comme en témoignent les derniers résultats où l'on aperçoit clairement, d'une part l'asymptote du chiffre d'affaire atteinte, d'autre part le premier signe de faiblesse de la gamme avec la baisse de 7% du chiffre d'affaire dans, il est vrai, un marché en plein marasme. Mais là où les iPhone et MacBook affrontent la crise face au vent (+13% pour ces derniers...), les iPod quant à eux semblent commencer à courber l'échine...

    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		ipod_sales_s.jpg 
Affichages :	22 
Taille :		54,9 Ko 
ID : 			408

    Aujourd'hui, si l'iPod Touch a réussi à sauver la mise grâce à sa forte parenté avec l'iPhone (voir chapitre idoine), les autres modèles du constructeurs rivalisent désormais d'indigence fonctionnelle : la marque surfe maintenant sur ses seules qualités stylistiques (interface et coque) et les fonctions implémentées dans les dernières versions ramènent au mieux les baladeurs de la pomme aux standards du marché.
    Pire, la dernière version du shuffle n'a fait parler d'elle que pour sa réelle médiocrité, reconnue même par les sites les plus fanatiques de la marque. Si ce produit a historiquement toujours eu peu de succès dans la presse spécialisée, c'est incontestablement le vrai premier faux pas de la marque depuis son premier iPod, en 2001.

    Dans le reste de la gamme, l'iPod Nano continue toujours de séduire, mais la montée en puissance continue des téléphones portables multifonctions (notamment musicales) devraient peu à peu faire décliner ses ventes, comme tout le reste du marché.
    Alors qu'Apple a constitué son image de marque sur la constance de ses designs, l'enchaînement éclectique des versions successives de l'iPod Nano tend à prouver que les cerveaux de Cupertino ne savent plus, actuellement, comment renouveler le produit de façon pérenne. L'ajout quasi probable d'une fonction "photo" sur la prochaine génération, attendue pour septembre, confirme ce sentiment d'un concept en bout de course.

    Enfin, l'iPod Classic parait depuis deux ans déjà le parent pauvre de la gamme, largement abandonné à son sort : à l'inverse d'un iPod Nano visiblement en mal de stabilité, le Classic lui s'est enfermé dans les stéréotypes de son segment pour ne proposer au final qu'un baladeur mal engoncé dans un format ne permettant ni l'audio léger, ni la vidéo confortable. Tout comme le Nano, son concept tourne encore et toujours autour du sacro-saint principe de la molette tactile qui a, il est vrai, fait depuis longtemps preuve de son efficacité... marketing. Côté ergonomie en revanche, les sensations que son utilisation procure ne peuvent cacher les fortes contraintes spatiales qu'elle génère, l'écran étant obligatoirement limité à une parcelle réduite de la surface totale du baladeur.
    Enfin, même côté capacité - jusque là le maillon fort du baladeur, les déceptions sont fortes : alors que les baladeurs d'Archos atteignent désormais les 500Go, Apple limite actuellement son produit à un 120Go, après avoir pourtant proposé 160Go avec la version précédente. La course à la capacité semble totalement passée de mode chez Apple, ce marché se réduisant à une niche de geeks peu convoités par le fabricant américain.

    2. La révolution tactile

    La haute capacité ne fait plus recette ? Place désormais au tactile !

    L'iPod Touch a largement remplacé, dans les tops ventes des distributeurs, les positions autrefois trustées par l'iPod Classic. Toutefois, difficile là encore de prédire un avenir radieux à ce produit : si ce baladeur constitue LA vraie évolution de la gamme, il reste largement dans l'ombre de son grand frère, l'iPhone, et ses différentes évolutions n'ont pas entrepris d'augmenter la différence conceptuelle entre les deux produits. Par conséquent, alors que l'iPhone séduit toujours davantage, difficile d'imaginer un consommateur vouloir l'un et l'autre ; le choix de l'iPhone est ainsi systématique pour ceux qui acceptent des forfaits téléphoniques onéreux. Or, l'iPod Touch reste lui aussi relativement onéreux et s'adresse donc en grande partie à la même cible de clients potentiels, même si la dépense ne se traduit pas temporellement de la même manière (à l'achat pour le Touch, via des forfaits mensuels pour l'iPhone).
    Par conséquent, à terme, l'arrivée de l'iPhone devrait tout simplement doubler le chiffre d'affaires d'Apple et non pas le décupler comme on pourrait parfois le penser : là où le fabricant encaissait 200 ou 300 euros par iPod, il récupérera aujourd'hui entre 500 et 600 euros (le prix du produit hors forfait), avec des marges probablement plus faibles puisque négociées dans de très gros volumes avec les opérateurs téléphoniques. Avec un ratio de 1:1 globalement : un iPod haut de gamme autrefois vendu doit souvent aboutir aujourd'hui à un iPhone distribué par le biais d'un forfait téléphonique...

    3. L'icône iPhone

    L'icône iPod a donc laissé place à iPhone. Peu importe puisque cela reste Apple ? Pas si sûr...

    On l'a en effet vu, Apple a principalement construit son succès initial sur un concept marketing porteur : la molette. Si les équipes de Steve Jobs ont enfin su avec brio proposer une nouvelle révolution ergonomique avec le tactile, les conséquences pourraient être fatales aux iPods : alors que la transposition de ce concept est évidente pour un baladeur de la taille de l'iPod Touch, puisque reprenant globalement les mêmes caractéristiques que l'iPhone, le marché reste depuis deux ans dans l'attente d'une transposition aux baladeurs de taille plus réduite ou de forte capacités. Et d'après les premières rumeurs, l'année à venir devrait, une fois de plus, ne rien apporter...
    <br>Il semble donc évident que le concept tactile a ses limites, surtout lorsqu'on est particulièrement attentif à l'intérêt réellement ergonomique de la fonction comme Apple. Plusieurs raisons à cet attentisme peuvent être avancées :

    D'une part, la qualité de l'ergonomie tactile passe par la réactivité de l'interface, certes, mais également par la taille des boutons et par l'intelligence de l'enchaînement des menus. C'est d'ailleurs de là qu'est venue la révolution tactile incontestable d'Apple : alors que les interfaces sous Windows Mobile conservaient des menus conçus initialement pour les souris ou les stylets, Apple a totalement réimaginé l'interface pour une utilisation au plus simple, avec ses seuls doigts, de façon la plus naturelle possible. Avec le succès qu'on connaît, largement mérité.
    Pour mettre en place cette nouvelle ergonomie, Apple a donc misé sur un écran large - pour Apple : 3,5 pouces. Avec le risque de proposer un téléphone volumineux, même si compensé par une épaisseur largement plus faible que ses principaux concurrents. Ce choix s'est avéré judicieux, mais la conséquence est donc évidente : comment conserver la qualité de cette ergonomie avec des écrans largement plus réduits ? Visiblement, la R&D de Cupertino n'a pas encore trouvé les réponses...

    D'autre part, alors que de nombreux autres concurrents se sont désormais également lancés dans une course aux interfaces tape-à-l'oeil, une grande partie de l'attrait spécifique de l'iPhone reste lié désormais aux gestuelles multitouch brevetées par Apple. Or, si le multitouch a un intérêt sur des écrans larges, il devient totalement inutile sur des écrans plus petits où deux doigts peineraient y trouver leur place...
    <br>La disparition du multitouch sur les petits baladeurs de la marque serait par conséquent assez mal compris par les adorateurs de la marque...

    En conséquence, et alors que le marketing autour des iPod semble se réduire fortement pour laisser place à celui de l'iPhone, le concept iPod basé sur la molette risque de devenir dépassé, face à l'ampleur du phénomène tactile tant chez Apple que chez ses concurrents.
    Concept en bout de course, génération sans innovations majeures, marketing faiblissant... Comment alors considérer que l'iPod et le marché du baladeur d'une manière générale ne vit pas là le début de son déclin, qui s'étendra sur plusieurs années ? Pourtant, le risque pour Apple est majeur : celui de perdre le marché qui a permis au fabricant son spectaculaire redressement, au profit du marché téléphonique, un marché naissant pour Apple mais ô combien mature pour ses principaux concurrents...
    Alors qu'Apple disposait de quatre gammes d'iPod (Shuffle, Nano, Classic et Touch), la pomme ne propose aujourd'hui qu'un seul et unique téléphone, force et faiblesse de l'entreprise : une force grâce à l'homogénéité de son offre (voir paragraphe suivant), une faiblesse redoutable à cause de l'exposition majeure de la firme sur un produit unique.

    4. La fin de l'état de grâce ?

    Qui aurait dit, il y a trois ans, qu'Apple aurait pris une telle place dans le monde de la téléphonie ? Probablement peu de monde... Aujourd'hui, difficile de renier le formidable succès de l'iPhone qui a su proposer au public une réelle nouvelle expérience, là où les constructeurs historiques restaient sur une course technologique à laquelle le public n'était pas forcément totalement réceptif. Combien en effet des possesseurs actuels d'iPhone auraient été intéressés par des Nokia N97 ? Certainement pas la majorité...
    <br>Malheureusement pour Apple, ce phénoménal engouement est probablement voué désormais à un certain tassement. Non pas qu'Apple soit amené à disparaître, car son implantation dans le monde téléphonique est un succès probablement pérenne, mais simplement que ses courbes de vente se tasseront probablement d'ici la fin 2010, le constructeur ayant désormais un produit mature, donc peu évolutif, et se voyant maintenant rattrapé dans tous les domaines par de nombreux concurrents :

    - Côté ergonomie et design, tant HTC avec son Hero que Sony-Ericsson avec son Rachael tiennent désormais la dragée haute à la firme de Cupertino... Seul Nokia aujourd'hui ne semble pas réellement avoir pris le parti d'essayer de battre Apple sur son terrain de prédilection : le tout récent Nokia N97, malgré toutes les promesses techniques dont il regorge, reste encore à la traîne avec son interface en deçà des canons de beautés actuels.

    - Côté applications, même combat : chaque fabricant y va désormais de son "Store" et, si Apple possède encore - et de loin - la logithèque la plus importante et populaire, la fin de l'année 2009 et l'année 2010 verront probablement les magasins en ligne s'équilibrer : que ce soit Nokia, Palm ou Google, tous atteignent déjà plusieurs milliers d'applications et connaissent une croissance importante. Or, une fois le pallier des milliers d'applications disponibles, ce n'est plus la quantité qui fait le succès d'un magasin, mais bien la qualité des applications. Or, les plus renommées sont déjà accessibles sur la plupart des magasins en ligne. Apple dispose en revanche encore d'une longueur d'avance dans le domaine des jeux, mais gageons que cet écart se réduira sensiblement en cours d'année... le portage des jeux d'une plate-forme à l'autre ne pouvant que se développer. De même le marketing imposant d'Apple vis-à-vis de son portail pourrait rapidement être concurrencé par ses concurrents, qui disposent eux aussi de ressources importantes dans ce domaine.
    Autre phénomène majeur : si l'AppStore d'Apple a rencontré le succès qu'on connaît, c'est en partie grâce à la pleine homogénéité du parc machine : entre l'iPhone V1, V2, Apple Touch V1 et V2, il n'existe quasiment aucune différence technique de nature à perturber le bon fonctionnement des applications, fonction téléphonie mise à part. Ainsi, là où la multitude de téléphones Nokia rend le développement d'une application délicate (à quels téléphones est-il destiné ? Faut-il assurer une compatibilité ? Etc.), le programmeur sur iPhone est chouchouté : un SDK aux petits oignons et un environnement technique maîtrisé. Rien de plus simple...
    Malheureusement, le temps passant, cette homogénéité perd de sa réalité : la sortie de l'iPhone 3GS apporte en effet un premier gap dans la performance technique et donc des questions supplémentaires pour le développeur et in fine un développement plus important pour rendre compatible son programme (notamment les jeux) à l'ensemble du parc de téléphones d'Apple. Et plus le temps passera et plus la complexité s'étendra...

    5. Quid de l'iPhone Nano ?

    Si des versions "light" (sans 3G, sans boussole, etc.) de l'iPhone ont été évoquées par diverses rumeurs, un téléphone au format réduit est indispensable pour assurer la pérennité de l'offre iPhone d'Apple. Avec son antériorité dans le monde des baladeurs multimédia compact (iPod Nano), un tel téléphone assurerait au fabricant américain une implantation totale dans le monde de la téléphonie, implantation jusque là limitée au haut de gamme des smartphones, et lui permettrait d'exploser une fois de plus son chiffre d'affaires.
    Mais on retrouve ici les mêmes difficultés que pour le passage au tactile de la gamme iPod Nano : l'ergonomie proposée avec l'iPhone ne trouverait sa place au sein d'un format plus restreint qu'au prix de concessions drastiques sur l'ergonomie ou le développement d'une ergonomie spécifique. Après trois ans d'attente, on peut considérer que c'est le second choix qui a été effectué chez Apple : l'iPhone Nano sortira assurément un jour, mais probablement doté d'une ergonomie assez fortement éloignée de celle des iPhone actuels. Et le constructeur de visiblement vouloir prendre son temps, ses finances le lui permettent, pour proposer au marché un produit aussi ergonomiquement révolutionnaire que le fut l'iPhone en son temps...

    6. Une tablette tactile pour se relancer ?

    Alors que la gamme de Macbook reste sur une dynamique positive, les derniers résultats ont mis en exergue le peu d'entrain du constructeur américain sur le marché des ordinateurs de bureau : les iMac voyant leurs ventes décliner assez logiquement (-10% au deuxième trimestre 2009), puisque leur renouvellement étant insuffisant. Jusqu'à présent tiré par le succès des iPod et autres iPhones, le marché historique d'Apple pourrait donc fortement souffrir d'une désaffectation des premiers et d'un tassements des seconds : si l'effet de levier a très bien fonctionné en période de vaches grasses, il pourrait faire de même - à la baisse - si d'aventure la firme de Cupertino n'arrivait pas à maintenir la dynamique des dernières années.

    Longtemps évoqué, ce serpent de mer d'Apple semble ces temps-ci retrouver de sa superbe, avec une rumeur évoquant une sortie probable en 2010. Le tarif, de l'ordre de 800 dollars, laisse penser que Steve Jobs n'a fort logiquement pas souhaité tenter de concurrencer l'offre de Netbooks premiers prix, mais de se situer comme à son habitude dans le haut de gamme. Un marché de niche pourrait-on penser ? Pas seulement...

    Le positionnement d'une telle tablette est passablement délicat pour Apple : de par l'historique de l'iPhone, les consommateurs attendent en effet du fabricant une ergonomie du même type. Or, si le succès est au rendez-vous sur un téléphone dont les fonctions sont volontairement simplifiées, pour ne pas dire simplistes, une vraie tablette se doit a priori (surtout vendue à un tel prix) de pouvoir globalement remplacer un Macbook d'entrée de gamme. Et donc de proposer toutes les fonctions bureautiques habituelles peu compatibles avec une interface entièrement tactile. Or, l'interface de l'iPhone peut probablement être agrandie sans trop de problème pour un écran de 9 ou 10 pouces, mais elle n'est en revanche pas conçue pour intégrer la complexité des fonctions d'un Mac OS X.
    Trois choix ont donc dû se poser pour les équipes de Steve Jobs :
    - Proposer une interface type iPhone, ultra ergonomique mais ultra limitée dans ses fonctions
    - Proposer une simple transposition de MacOS X, comme le fait Archos pour son Archos 9 avec Windows 7, mais avec des conséquences obligatoires en termes d'ergonomie
    - Développer une déclinaison de Mac OSX spécialement dédiée à cette tablette

    Si la première solution parait inconcevable pour un produit de ce prix, la solution éventuellement retenue se situe probablement à mi chemin entre les deux autres : sans redévelopper entièrement l'interface de Mac OS X, il serait assez judicieux de la part d'Apple de proposer une version améliorée de cette dernière, simple surcouche optimisée, qui pourrait ensuite être amortie d'autant plus facilement qu'elle serait transposable sur d'éventuels ordinateurs (MacBook ou iMac) dotés eux aussi d'écrans tactiles.
    Dans ce cas de figure, Apple disposerait ainsi d'une vitrine technologique, aux volumes de vente faibles, mais préfigurant l'avenir de ses futurs ordinateurs. Alors que le MacBook Air reste une vitrine haut de gamme peu intéressante commercialement parlant, cette tablette permettrait à Apple de se positionner en force de proposition sur l'ergonomie de l'avenir, là où ses principaux concurrents n'ont pour l'instant effectué que de timides incursions vite oubliées...

    7. Un portail iTunes indétrônable

    Plus encore que ses produits physiques, le iTunes constitue aujourd'hui le fer de lance d'Apple, qui ne cesse de s'enrichir et de monter en puissance au cours des années, au grand dam de ses principaux concurrents.

    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		itunes_sales_s.jpg 
Affichages :	10 
Taille :		51,1 Ko 
ID : 			409

    En conséquence, toutes les éventuelles stratégies à venir de la marque ne peuvent que s'appuyer sur ce portail : mis en place pour les iPod, l'iPhone a évidemment hérité de ce concept et l'éventuelle future tablette devrait l'être tout autant.
    Une nouvelle fonction est d'ailleurs également en cours de développement avec les principales majors : Cocktail. Avec pour objectid d'ajouter aux musiques du contenu additionnel...

    Conclusion

    Aujourd'hui, Apple et sa multitude de milliards engrangés reste évidemment à l'abri de la tempête économique qui secoue la planète, mais il ne faudrait pas pour autant surestimer la pérennité de la situation actuelle : son marché historique, les ordinateurs, ne brille pas de mille feux et les MacBook, qui compensent la baisse des iMac, doivent davantage leur bonne santé aux retombées du phénomène iPod et iPhone qu'à leurs qualités intrinsèques. Celles-ci sont en effet largement atténuées par un matériel désormais aligné sur la concurrence PC et par le système d'exploitation, Mac OS X, qui a vu ces dernières années son avance ergonomique et stylistique fondre avec les versions successives de Windows.
    Alors certes, les ordinateurs Apple conservent leur aficionados mais les nouveaux venus, qui semblent d'avantage succomber au phénomène de mode qu'à la réelle conviction technologique ou idéologique, sont par nature plus versatiles.

    Il est donc primordial, pour Apple, de négocier au mieux le virage actuel du marché qui délaissera progressivement les baladeurs multimédia pour se recentrer sur la téléphonie mobile multifonctions.
    Avec son iPhone, Apple a réussi d'une main de maître la première étape de sa reconversion, mais les embûches restent encore nombreuses avant de pouvoir confirmer pleinement son implantation dans la téléphonie mobile. A ce titre, la mise à disposition avec succès sur le marché de nouveaux téléphones, aux formats plus réduits notamment, est une condition sine qua none.
    En parallèle, après avoir envahi le monde mobile, la révolution tactile doit probablement se poursuivre sur le marché des ordinateurs, portables ou fixes. Apple y est évidemment particulièrement attendu et l'hypothétique tablette tactile pourrait ainsi proposer une première réponse... avant un déploiement plus généralisé. Steve Jobs réussira-i-il une fois de plus là où ses principaux concurrents ont échoué ? Apple a toutes les cartes en main...

    Début de réponse probable en 2010.

  2. #2
    Archosien expert Avatar de klaxon
    Date d'inscription
    septembre 2007
    Messages
    1 389
    Thocan tu es manque de travail dans ton boulot ?
    J'ai pas encore lu mais ça m'a l'air bien intéressant, merci !

  3. #3
    Archosien confirmé
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Âge
    25
    Messages
    175
    Je possède : Sansa Clip
    Moi j'ai lu, et je ne peux que remercier encore thocan pour ses analyses toujours pertinentes (ce n'est que mon avis^^). D'ailleurs je suis d'avis de la publier : on a souvent eu des news sur la "concurrence", et ton article est (toujours selon moi) parfaitement pertinent dans cette optique.

  4. #4
    Archosien novice
    Date d'inscription
    juillet 2009
    Âge
    66
    Messages
    6

    Apple ou le PLAISIR de ses clients

    Ce que Apple a raté avec le OS Mac, il le réussi aujourd’hui avec le OS iPhone.
    Apple a 30 ans d’avance ! Non pas sa technologie, mais sa philosophie.
    Pourquoi le OS de Mac a t il été un échec. Ce n’est pas le Hard d’Apple qui à l’époque n’a pas conquis le marché. C’est le soft.
    C’est (et ce sera toujours) le marché qui décide en final du sucés à donner a tel ou tel nouveauté. Réponds t elle à MES besoins, à un prix HONORABLE, avec une interface A JOUR ( à la hauteur de la puissance de calcul des moteurs de nos ordinateurs).

    [plagiat supprimé]

  5. #5
    Archosien expert Avatar de head_hunter
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Messages
    1 299
    Je possède : samsung yp-t8
    Bravo à toi Thocan pour cet article très complet. Je propose également de le publier à la une, car il permet une analyse très pertinente du marché, et qui sait, peut-être donnera-t-il des idées à Archos ...
    Maintenant disponible : La page widgets d'ArchosLounge

  6. #6
    Archosien confirmé
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Âge
    25
    Messages
    175
    Je possède : Sansa Clip
    @ blemaire : apparemment, ce sujet te tient à coeur : tu t'inscris à peine et ton premier message expose ton opinion sur ce sujet.
    Aussi je ne vais pas entrer dans l'éternel combat Mac/PC. Pour information, j'ai toujours eu des PC, mais c'est uniquement pour un rapport caractéristiques/prix toujours plus intéressant du côté des PC...mais ce n'est pas vraiment le sujet.
    Je t'ai lu en entier, et ton analyse m'intéresse autant que celle de thocan : il est toujours bon de pouvoir confronter deux points de vue (ou plus, avis aux amateurs)...par contre j'apprécierais une mise en page plus claire, des arguments décelables facilement et une petite conclusion...parce qu'à vrai dire, j'essaye de résumer ton point de vue et je n'y parviens pas.
    Je pense que tu devrais éditer ton message pour que ton opinion ne soit pas mal perçue, et que nous puissions nous entretuer en toute connaissance de cause (joke inside...).
    Merci d'avance !
    PS : Oh, et...bienvenue sur AL !

  7. #7
    Administrateur Avatar de Thocan
    Date d'inscription
    décembre 2006
    Âge
    40
    Messages
    7 134
    Je possède : Beaucoup, depuis la Gen4...
    Juste pour information : j'ai proposé mon texte sur le forum apple de bourso... Ce qui explique la réponse ci-dessus

  8. #8
    Administrateur Avatar de Thocan
    Date d'inscription
    décembre 2006
    Âge
    40
    Messages
    7 134
    Je possède : Beaucoup, depuis la Gen4...
    Tiens, je me disais que le texte de blemaire ressemblait à du copier/coller... puisque rédigé en une heure à peine.
    Visiblement, je ne m'étais pas trompé puisqu'on retrouve le même (en moins long, doit-on y avoir une autre page de référence quelque part) sur un article de l'Expansion.

    http://www.lexpansion.com/economie/a...ne_191301.html

  9. #9
    Archosien novice
    Date d'inscription
    juillet 2009
    Âge
    66
    Messages
    6
    Non ce n'est pas un copier/coller

    seulement le site cité n'accepte que 2000 signes

    j(ai donc du , à la volé , couper (seulement) dans ma reflexion personnel ( sur word) pou repondre.

    ma reflexion e été à un article americaine dont je vous donerais plus tard les liens( refs)

    as tu reelement 17 ans ?

  10. #10
    Archosien novice
    Date d'inscription
    juillet 2009
    Âge
    66
    Messages
    6
    ma reflexion était motivé par la lecture d'un article americaine dont je vous donnerais plus tard les liens( refs)


    excusez moi....

  11. #11
    Archosien expert Avatar de klaxon
    Date d'inscription
    septembre 2007
    Messages
    1 389
    J'adore la différence de la qualité du style, de la grammaire,de l'orthographe et de la ponctuation entre le premier message et les suivants.

  12. #12
    Archosien novice
    Date d'inscription
    juillet 2009
    Âge
    66
    Messages
    6

    D'ou l'importance de se relire

    Ce que je n'avais pas fait à l'évidence lors du premier message

    ce qui n'enleve rien au contenu

    en veuts tu : du tout frais :

    Jusqu'il y a quelques années ( 3 à 8) j'habitais la France
    C'est evidemment le nombril du monde

    Chef d'entreprise (PME) je voyais le " monde economique" qu'avec un centre situé si ce n'est en France tout du moins en CEE
    Quand je rencontrais mon banquier pour envisager un placement perso ( qques CentK€) il ne me parlais que France ou CEE

    Ca n'est qu'en quittant la CEE que j'ai investi TOUT sur Apple*
    Mon banquier ( on dit conseillé) m'a "mis en garde" , " investissez dans des valeurs sures" pour lui valeurs sures ne signifiait "que valeur CONNU, ou RECONNU par des FRANCAIS"

    * j'ai investi (étonnement tardivement pour un "client-mordu" d'il y a 20 ans) sur Apple sur un coup de tête.

    et c'est que longtemps aprés que j'ai commencé à "Ouvrir les yeux"
    Les "sociétés CONNU ou RECONNU" par mon banquier était pinust à coté de Apple ( que je ne vénérais pas en tant que Société.

    J'ai appris à la découvrir, à la lire, à la comprendre, etc ...
    Sur le plan SA ( La Société)
    je pensais la connaitre, je n'en connaissais que ses produits

    Apple, je peux te dire, et je suis un expert en la matière, on en parlera longtemps dans les écoles, et dans les milieux financiers.

    Une société qui a un Credo, qui s'y tient.
    Concept nouveau dans notre société de Marketing " Fabriquons et vendons grace au MARKETING ou Vendons ce que le MARKETING a trouvé que nous voulons"
    Fabriquons ce que NOUS PENSONS etre ce qu'il y a de mieux.
    NOUS , savons ce que nous voulons
    mais
    NOUS ne savons pas ce que la Technologie PEUT pour nous

    Je pense que Apple a su nous apporter ce qu'il y a de mieux ( à un prix abordable) aujourd'hui.

    Il y a des clients pour des Renault, d'autre pour Mercedes ou Toyota
    Lorsque l'on prend QQues options chez ces constructeurs on (Toi et Moi) dépense plus que le prix d'un ordinateur ( Mac ou PC)

    Lorsque j'ai fait le chèquesdes options je me suis appercu que c'etait le prix de plusieurs de mes Macs ( qui sont mes outils de travail et non des faiseurs de Gaz CO ou CO2 ???)

    Demain j'espère que d'autres sociétés ( pourquoi par Archos) viendront dammer le pion à Apple pour notre plus grand bénéfice.
    Aujourd'hui j'espère la découvrir pour y investir....

  13. #13
    Administrateur Avatar de Thocan
    Date d'inscription
    décembre 2006
    Âge
    40
    Messages
    7 134
    Je possède : Beaucoup, depuis la Gen4...
    Attention à ton discours : tu risques de passer pour le Charbax d'Apple...

    Plus sérieusement, en investissant tout sur Apple, tu as :

    • Pris un risque totalement déraisonnable
    • Eu une chance (la vision, ça n'existe pas, surtout quand on est fan comme tu sembles l'être - je suis bien placé pour le savoir) totalement déraisonnable également puisque ton gain doit être désormais assez colossal si tu as acheté il y a plus de deux ans

    Quoiqu'il en soit, il faut faire extrêmement attention en investissant et savoir quand sortir au bon moment.
    Pour ma part, je considère qu'on a probablement atteint un point haut en atteignant la zone des 200 euros : tous les indicateurs étaient alors au vert (comme aujourd'hui, mais la crise économique mondiale est passée par là) et je pense que le repositionnement d'Apple dans le milieu de la téléphonie est aussi délicat qu'il est nécessaire (cf. mon premier post).

    Il ne faut pas non plus oublier que les modes passent vite : il y a peu de temps, PALM semblait indéboulonable et RIM (dont on parle finalement peu) à également totalement renversé le marché des smartphones ; il suffit pour cela, comme pour l'iPhone, de voir le nombre de personnes qui en ont dans les mains. Et pourtant, les médias n'en font pas un patacaisse aussi important que pour l'iPhone...

    A ce titre, l'arrivée d'Android sur ce marché a déjà commencé à transformer les habitudes des fabricants : Microsoft doit désormais se sortir les doigts du c... pour espérer maintenir sa plateforme dans les futurs produits et l'un comme l'autre ont les mêmes moyens marketing qu'Apple.

    Ce qui m'inquiète c'est que, même si Apple a encore une longueur d'avance, elle est aujourd'hui davantage marketing que technique (softs et hardware) : la concurrence a rattrapé son retard, désormais.
    Et, compte tenu de la dernière évolution de l'iPhone (qu'on peut qualifier de minimaliste), de celle des futurs Touch et Nano qui semblent dans la même lignée, je crains qu'Apple ne se soit assis sur ses (beaux) lauriers et ne sache pas réagir suffisamment rapidement face à la concurrence.
    Mais peut-être que l'histoire des iPod, où la concurrence n'a pas su investir en marketing suffisamment, se répètera...

  14. #14
    Archosien confirmé
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Âge
    25
    Messages
    175
    Je possède : Sansa Clip
    as tu reelement 17 ans ?
    J'aurai du mal à te le prouver...mais oui, j'ai 17 ans (depuis seulement 10 jours, je l'admets). Pourquoi ? Et surtout quel intérêt aurais-je à modifier mon âge ?
    En tout cas, merci d'avoir pris en compte mes remarques et d'avoir posté un petit résumé.

    Malheureusement (sûrement du fait de mon âge justement^^) j'ai peu d'expérience dans la bourse...je pense donc que je vais laisser la discussion poursuivre son cours.
    Et puis je pense que thocan est très qualifié pour te répondre et plus ou moins dans la même situation initiale que toi ; je cite la présentation de l'équipe : "Thocan : Rédacteur, investigateur, financier, modérateur et consultant. Il aime mettre son argent en péril, en misant sur l'action Archos."

    Sur ce (ceux?), bonne soirée.

  15. #15
    Archosien novice
    Date d'inscription
    juillet 2009
    Âge
    66
    Messages
    6
    "Pris un risque totalement déraisonnable"

    Les traders, les banques, les clients de "Mardock", monsieur Toulemonde ont en 2000 et en 2008 pris de Gros risques
    J'ai pris un Gros risques, raisonnable eu égard mes autres avoirs non financiers
    et j'ai eu effectivement de gros + values, que j'ai partiellement et au fil du temps prises

    "Eu une chance"
    On peu dire, mais un de mes maitres m'a souvent répété que la chance ne sourit qu'à ceux qui savent la saisir , parfois au vol
    Il faut savoir être oportuniste

    "Pour ma part, je considère qu'on a probablement atteint un point haut en atteignant la zone des 200 euros "

    Je vois plutot une valeur de 300 à 500$ dans les 2 à 3 ans. Fou me diras tu. Non on consommera toujours des ordinateurs, téléphonne, iPod,
    Les Organiseurs ou Tablet vont se généraliser
    La musique, les jeux, la vidéo ...
    Apple nage dans ces domaines comme un champion. Son risque n'est pas de voir baisser le, son, marché, le risque est qu'une autre société réitère les exploits d'Apple. Ce qui tout a fait possible, mais pas facile.

    "Il ne faut pas non plus oublier que les modes passent vite "

    Non ce n'est pas une mode, c'est un style de vie qui evole dans ce sens, confere ci dessus

    "elle est aujourd'hui davantage marketing que technique (softs et hardware) : la concurrence a rattrapé son retard, désormais."

    Apple a déposé plus de 30 brevets rien que pour l'usage de l'écran tactile
    Quand au marketing d'apple il a toujours été ce qu'il est aujourd'hui. Le Pb c'est que maintenant c'est le Grand Public qui découvre Apple et son marketing bien rodé, car cela touche des produits de plus en plus Grand Public, alors qu'avant cela ne concernait que, au début les entreprise, ensuite les aficionados d'informatiques.

    " compte tenu de la dernière évolution de l'iPhone (qu'on peut qualifier de minimaliste),"
    c'est vrai qu'une Boussole, une Caméra en temps réelle sur GPS, cela peu parraitre peu.
    Le géant, le fou, c'est ce qu'ont tiré partie de ces outils les programmeurs.
    L'extraordinaire c'est que Monsieur Toulemonde utilise comme Monsieur Jourdain plusieurs de ces APP, avec une facilité étonnante.
    Chacun ayant sa batterie personnelle d'outil à sa mesure qu'il utilise à outrance, qui (LOL) épuise en conséquence et logiquement la batterie de son iPhone, iTouch.

    Apple a donc encore de belles années devant elle.

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. Un tablet PC Apple ?
    Par JulMasTer dans le forum Chez Jean-Louis
    Réponses: 43
    Dernier message: 19/05/2009, 09:01:33
  2. Apple => Attention, danger !
    Par Ganash dans le forum Chez Jean-Louis
    Réponses: 3
    Dernier message: 09/04/2009, 19:44:35
  3. Grande hésitation Apple/Archos
    Par Kiljaeden dans le forum Gen 5
    Réponses: 21
    Dernier message: 16/10/2008, 17:42:00
  4. Chargeur USB Apple
    Par Samghost dans le forum Gen 6
    Réponses: 1
    Dernier message: 13/10/2008, 06:09:32
  5. Un clin d'oeil d'Archos pour Apple
    Par Perfectfred dans le forum News & Rumeurs
    Réponses: 8
    Dernier message: 25/05/2008, 21:25:11

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •