logo

Test de l’Archos 50 Diamond : la consécration

vendredi 27/03/2015 par

Commentaires

Rares ont été les smartphones d’Archos aussi attendus que ce 50 Diamond...

Annoncé en octobre dernier à l’occasion du CES Unveiled, le nouveau fer de lance de la PME française a rapidement séduit par sa fiche technique proche de la perfection pour un smartphone moyen de gamme.
Tout d’abord dévoilé en version noire, la version jaune a elle aussi permis à ce smartphone de sortir du lot et de se faire remarquer, grâce notamment à quelques clichés-teasing lâchés ici ou là.
Bref, d’un point de vue communicationnel, Archos avait fait jusqu’ici un bon job.

Restait maintenant à tâter la bête IRL pour découvrir si le ramage se rapportait bien au plumage... C’est l’objectif de ce test, réalisé après 3 semaines d’utilisation continue - en remplacement de mon 50c Oxygen.

Le déballage

JPEG - 859.5 ko

Premier étonnement : avec ce "Diamond", Archos rompt avec la tradition de la gamme Éléments jusque là respectée. Car non, le diamond ne fait pas partie du tableau périodique de Mendeleiev. Scandale.

JPEG - 505.1 ko

Ce choc émotionnel étant passé, concentrons-nous sur l’emballage lui-même - et son contenu :
- Le smartphone lui-même
- Une paire d’écouteurs
- Un câble USB et la prise secteur associée
- Une protection d’écran
- Les habituelles fiches garanties et assistance technique

L’occasion par conséquent de jeter un œil avisé au design : de format d’écran 5", il s’agit ici d’un smartphone aujourd’hui quasiment dans la norme, en termes de taille. Suffisamment compact pour tenir dans la grande majorité des poches (146 x 70,4 x 8mm), sa faible épaisseur est appréciable et les bords d’écran raisonnablement larges.
En outre, son poids reste contenu (142g) - même si n’égale pas les meilleurs hauts de gamme.

JPEG - 429.8 ko

En termes de prise en main, c’est globalement parfait : les bords ne sont ni trop ronds ni trop taillés à la serpe (comme c’est le cas du 50c Oxygen par exemple) et à aucun moment pendant le test, la tenue du smartphone n’a fait défaut.
Les matériaux utilisés, même si plastique, sont agréables, de bonne tenue et l’assemblage semble solide : ne se plie pas et ne craque pas...

Seule ombre au tableau : les 3 boutons tactiles Android, en bas de l’écran, trop peu sensitifs et/ou trop localisés. Il n’est pas rare de s’y reprendre à plusieurs fois pour activer l’un d’entre eux.
Bilan : mieux vaut régler les options Android (menu "Affichage") pour les allumer en permanence, au prix probablement d’une légère perte d’autonomie.

Prise jack sur le dessus, port USB sous le dessous... du grand classique.
Les deux boutons (volume et on/off) sont quant à eux situés tous deux sur la tranche gauche. Si à l’usage normal, cette disposition ne pose pas de souci particulier, les captures d’écran ("volume -" + "on/off") sont en revanche peu aisées...

JPEG - 413.4 ko
JPEG - 481 ko

La coque du dos s’enlève très facilement via un petit ergot présent sur le bord droit et permet d’accéder aux deux cartes SIM et à la carte micro SD.
La batterie n’est pas amovible.

Le haut parleur (unique) est situé au dos de l’appareil.

Comme souvent avec les produits fins, la caméra génère une légère boursouflure à l’arrière de la coque.

Spécifications et performances

Détaillées sur la page officielle du produit, reprenons quelques-uns des éléments clefs.

Ce smartphone est animé d’un processeur Qualcomm Snapdragon 615 Octa-Core A53 - @1.5 GHz & 1GHz, avec GPU Adreno 405. Il est par ailleurs épaulé par 2Gb de mémoire, une taille finalement encore rare dans cette gamme de prix.

Enfin, il est théoriquement "64Bits capable". Il sera donc intéressant de voir si le passage attendu sous Lollipop permettra d’en profiter... et d’améliorer encore les performances.

Le bilan ?

Si les performances de ce smartphones sont évidemment loin d’égaler les produits haut de gamme, difficile de le prendre en défaut dans les tâches du quotidien et dans la quasi totalité des jeux. Sans rentrer dans le détail (les jeux sont détaillés plus loin), l’essentiel est atteint : proposer une expérience ludique au top. Pour 200€.

On notera à la rigueur quelques fébrilités passagères de l’interface, qui perd parfois ponctuellement un peu de fluidité. Ce fut notamment le cas lors de l’installation initiale d’un bon gros stock d’applications, légères mais nombreuses. Mais globalement, rien à redire : l’interface est rapide, fluide et réactive.

Voyons maintenant les performances brutes fournies par les outils de benchmark :

RealPi Benchmark
PNG - 297.2 ko
Quadrant
PNG - 173.6 ko
Epic Citadel
PNG - 1.2 Mo
PNG - 1.2 Mo
AnTuTu
PNG - 103.7 ko
PNG - 205.4 ko
Anomaly2
PNG - 699.3 ko
3DMark Ice Storm
PNG - 740.9 ko

L’écran tactile

Lors de son annonce, c’est son écran Full HD 440ppp qui a marqué les esprits. Un écran d’une telle résolution dans cette gamme de prix relevait en effet de l’exploit...
Quelques mois plus tard, le constat est sans appel : la promesse est globalement tenue.

5 points de toucher sont reconnus, un nombre normalement largement suffisant :

PNG - 79.3 ko

Si, comme le montre le test du site Les Numériques, cet écran n’est pas exempt de tout reproche, sa finesse lui permet néanmoins de sortir du lot grâce à un ensemble de performances honorables.
On notera cependant dans le test de nos confrères un retard tactile a priori important (265ms), qui n’a pour autant pas été perceptible lors de l’utilisation du smartphone... ni lors de ce test ni visiblement par les principaux retours sur notre forum.
Par ailleurs, même le testeur du site Les Numériques (dans son test final) reconnait que ce temps de latence ne se ressent pas. De la fiabilité et pertinence des tests techniques...

Côté angles de vision, rien à dire, les images restent bien visibles quel que soit l’angle avec une colorimétrie qui varie au final assez peu. Suffisamment peu en tous cas pour être imperceptible à l’usage :

JPEG - 247.8 ko
JPEG - 275.5 ko
JPEG - 299.1 ko
JPEG - 362.9 ko
La mauvaise égalisation des photos ne rend pas hommage à l’écran...


La glace ne semble pas avoir subit de traitement particulier et n’est pas Gorilla. Donc en théorie moins résistant que certains téléphones en disposant.

Au final, cet écran est très clairement une belle réussite dans cette gamme de prix et confirme la belle surprise qu’on en attendait.

Autonomie

L’autonomie des smartphones d’entrée ou de milieu de gamme n’est jamais attendue au sommet, la batterie étant un facteur important de coût... Pourtant, certaines surprises sont possibles, comme a pu nous le prouver notre test du 50b Platinum.

Alors qu’en est-il de ce 50 Diamond ? Réponse en deux images :

PNG - 160 ko

Le mode veille, tout d’abord, se révèle être raisonnable : couché le soir avec 92% de batterie, la journée suivante a pu redémarrer avec 87% - soit 5% perdus pendant 6 ou 7h de mode veille.

PNG - 165.8 ko

Passons maintenant à l’autonomie en elle-même : elle se révèle au final simplement correcte.

En utilisation professionnelle (téléphone, SMS, mails et web), il reste largement endurant avec, en moyenne durant les 3 semaines de test, une batterie encore pleine à 30-40% à la fin de la journée. De quoi voir venir.

En revanche, notre test de lecture vidéo avec luminosité à 50% et Wifi désactivé nous a fait atterrir à 7h "seulement". Une autonomie acceptable, certes, mais qu’on attendait meilleure.

On notera que les 10-15 derniers % s’effondrent rapidement, alors que le reste de la courbe était globalement linéaire. Dommage, l’inverse aurait été préférable...

JPEG - 772.4 ko
La batterie n’est malheureusement pas amovible


Enfin, il faut environ 1h pour charger 30% de la batterie.

Note : les plus attentifs (et impatients probablement...) d’entre nous auront en revanche pesté à la sortie du produit, en constatant que la fonction de recharge par induction avait disparue de la fiche technique depuis l’annonce initiale. Problème technique ou simplement financier, difficile à dire. Mais en attendant, le câble restera de mise.

Connexion réseau et qualité des conversations téléphoniques

Double SIM comme tout bon produit chinois qui se respecte, l’Archos 50 Diamond propose un premier slot 3G/4G, ainsi qu’un deuxième 2G uniquement.

JPEG - 679.5 ko

Durant nos 3 semaines de test, la connexion s’est révélée globalement performante en accrochant rapidement le réseau et une bonne sensibilité.
Notons néanmoins quelques moments où la connexion a tardé à se rétablir après un passage en zone morte. Peut-être reste-t-il là encore une optimisation à prévoir par la R&D d’Archos...

En termes de qualité d’écoute, là aussi, aucune remarque particulière : à aucun moment, le téléphone n’a montré de signe de défaillance au cours de la période de test.

Note : le test de l’EAP SIM a malheureusement conduit à un plantage de l’application Paramètres. Un bug a priori en cours de résolution chez Archos, en attendant un nouveau firmware...

>> Suite : jeux, appareil photo, applications et conclusion


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]