logo

Test Arnova 8G3 et 7fG3 partie II

vendredi 27/07/2012 par

Commentaires 0 commentaires

IV) Ecran

Les deux écrans sont tous les deux brillants comme sur la plupart des machines actuelles.

La résolution de 800x600 de l’Arnova 8G3 est relativement faible, et les 800x480 de la 7fG3 semblent sortir d’un autre temps avec un effet de crénelage bien visible.
En effet, à l’heure du Rétina, de la HD sur tablette et même sur téléphone, de celui qui a la plus grosse densité de pixels, ces deux dalles sont dépassées. Même Archos s’est mis dans la HD avec la Gen9. On aurait apprécié une résolution de 1024x600 pour avoir une expérience agréable, comme sur la 70bIT ou les Arnova de 10".
Mais c’est le prix à payer pour avoir un produit à 99/139 euros.
La technologie TN employée explique tant ce prix que les angles de vision restreints.

Avec 800x480 ou 800x600, la navigation sur des sites internet en pleine page est impossible. Il faut user du zoom ou encore utiliser les sites en version mobile ou les applications dédiées.

JPEG - 663.4 ko
Arnova 7f : on voit les pixels et l’affichage en pleine page est impossible.




JPEG - 663.4 ko
La 8G3 profite d’un peu de pixel en largeur, mais le manque de pixel en longueur ne permet pas d’afficher de façon lisible les textes.




JPEG - 462.6 ko
Comparaison avec un écran 7" 1024x600 (ici Playbook)




JPEG - 589.1 ko
Quand on affiche en pleine page, les textes bavent. Normal 800 pixels ne suffisnet pas à afficher correctement un site qui en demande au moins 1024.




JPEG - 795.8 ko
Gros plan et pixels.




JPEG - 575.5 ko
Pour le fun, Archoslounge affiché sur un iPad 3ème génération. Et en position portrait. Pour le prix de 5 arnova 7f.


La résolution de l’Arnova 8G3 est quand même suffisante pour apprécier les sites mobiles, la majeure partie des applications et le client mail.

Par contre deux défauts sont à noter sur cette tablette de 8 pouces :
- Tout d’abord, le cadre qui entoure l’écran n’est pas ajusté au millimètre près. Ainsi, sur le bord supérieur, on peut observer une "fuite" de lumière. Celle-ci n’affecte pas l’utilisation du produit mais souligne sa qualité relative. En appuyant avec le doigt ce défaut disparait. Impossible de savoir si cela vient de la machine de test ou si c’est un défaut d’ajustement à plus grande échelle.

- Grand ennemi des Archos Gen9, les "vaguelettes" sur l’écran sont aussi présentes ici ! Heureusement, elles ne sont pas aussi visibles que sur certaines Gen9 : elles apparaissent si on appuie un peu fermement sur l’écran (et pas sur l’arrière comme avec les Archos Gen9). Quand on effleure l’écran avec la pulpe du doigt ce phénomène n’apparaît pas, mais quand on utilise un stylet capacitif par exemple qui nécessite une certaine pression, ces vagues apparaissent.

JPEG - 526.1 ko
ON


JPEG - 207.5 ko
OFF


Vague par ArchosLounge
Ces deux défauts sont absents sur la 7fG3. Merci à la dalle en verre intégrale protégeant la dalle LCD juste en dessous et à l’ajustement du cadre évitant les fuites.
Cependant la résolution inférieure (800x480) de cette tablette rend l’expérience Internet encore plus difficile. De plus, il est presque impossible de lire en pleine page certains mails en mode portrait.

JPEG - 559.2 ko
Un mail plutôt chargé, bien affiché.




JPEG - 724.1 ko
Mail avec une taille petite : illisible sans zoom




On retrouve cependant un petit défaut sur les deux écrans : les couleurs ne sont pas "unies". En effet quand la dalle affiche du blanc, par exemple, on peut noter une sorte de grain, de pellicule hétérogène, et au lieu d’avoir un blanc uni on a comme des petites imperfections soulignant une fois de plus le côté low cost des tablettes. Nous avions déjà remarqué cela dans le test de la 70 bIT

Quand on utilise une application de lecture basique, on se rend compte que l’effet de crénelage est quand même visible pour les petites tailles.
On peut comparer les 800x600 de la 8G3 ou les 800x480 de la 7f avec les 1024x600 de la playbook (ou de la 70bIT) et on se rend compte que c’est quand même nettement plus lisse avec ces dernières.
Le format 4:3 de l’Arnova 8G3 se prête bien plus à ce genre d’activité... Malheureusement quand on compare son écran avec celui de la 7fG3 on remarque que d’une part les blancs tirent vers le jaune et par conséquent altèrent le contraste et le confort de lecture et d’autre part que la luminosité est moins importante.

JPEG - 355.8 ko
7FG3




JPEG - 308.2 ko
7f VS 8




JPEG - 796.2 ko
7f VS 8 VS Playbook




En conclusion ces tablettes sont, par leur définition, à utiliser non pas pour faire de longues heures de surf, mais pour des applications mobiles optimisées aux petites résolutions.
Le format 4:3 de la 8G3 permet d’avoir un espace confortable pour la lecture de texte et elle peut être utilisée comme une liseuse. Cependant la résolution de 800 par 600 peut être faible, cela se voit surtout quand la police est un peu petite, et on peut se demander s’il est pas nécessaire d’investir un peu plus pour une Archos 80g9 qui, en plus d’être plus puissante, propose un écran HD aux angles de vision plus larges.
Cependant, cette résolution est la norme pour les tablettes de cette gamme. La lecture est tout de même satisfaisante dès lors qu’on utilise une police relativement grande.

La petite 7fG3 continue de faire bonne impression. Certes les 800x480 sont faiblardes face aux traditionnels 1024x600 (Acer Iconia A100, BlackBerry Playbook, Archos 70bIT) ou aux exceptionnels 1200x800 (Samsung galaxy tab 7.7, Nexus Tab), mais ce n’est pas le même budget.
Avec une telle résolution, le web sera occasionnel, et on cherchera plus les sites en version mobile ou les applications optimisées pour les résolutions de smartphone.

Le point est donné à la 7fG3, pour une meilleure qualité d’écran (luminosité, contraste) et par l’absence des défauts cités plus haut (vaguelettes, fuite de lumière).



>> Chapitre suivant


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]