logo

Test Archos Smart Home Phone

jeudi 28/02/2013 par

Commentaires 8 commentaires

Le père noel est aussi arrivé chez Pépèrouf et Mémèrouf. Il a apporté de quoi remplacer cette... antiquité :

JPEG - 356.5 ko
Alô maman bobo

C’est une belle occasion pour tester cet Archos Smart Home Phone, produit plutôt original que nous n’avions pas eu le loisir de manipuler à sa sortie.
En effet, Archos a tout simplement (ré)inventé le concept du smartphone fixe !

En fait, il faut tout de suite savoir que c’est plutôt un téléphone évolué qu’un véritable smartphone... Principalement à cause de son écran résistif (même si au final ce n’est pas handicapant) et du hardware un poil limité, ce Smart Home phone ne peut rivaliser avec les derniers portables téléphones sortis.
Pourtant, il reste tout à fait intéressant pour profiter de fonctions avancées, telles que le mail, le web, skype, un peu de multimédia, et bien entendu la téléphonie fixe pour des clients qui, comme Péperouf et Mémerouf n’ont ni le besoin d’un smartphone, ni le forfait qui va avec. Ce téléphone pourra rendre bien des services, surtout avec les offres de téléphonie illimitée proposées par les FAI.

Même si ce produit date d’un petit moment, il a encore assez peu de concurrents et est toujours en vente. Il pourra donc intéresser quelques consommateurs…

I. Présentation et design.

JPEG - 400.3 ko
L’Archos Galaxy SII


L’Archos Smart Home Phone (SHP) est livré dans une boîte relativement complète avec une base DECT pour la téléphonie fixe, une base de rechargement (permettant de mettre le téléphone n’importe où, indépendamment de la base DECT et donc de la prise téléphone), et les divers câbles et adaptateurs secteur...
Bonne surprise : le câble USB fourni avec la station de recharge est suffisamment long (2m) pour la poser loin d’une prise de courant, sur un meuble par exemple.

JPEG - 618.6 ko
Independence base day
JPEG - 384.7 ko
Application pratique


Le téléphone quant à lui est à mi-chemin entre une 43IT et une 35IT. Il est extrêmement léger et peu encombrant avec un peu plus de 90g sur la balance.

JPEG - 489.9 ko
JPEG - 679.2 ko
JPEG - 514.1 ko


Le socle de rechargement est discret et autorise deux positions : une première inclinant légèrement le téléphone, parfaite pour les meubles peu bas ; une seconde, mettant le téléphone à la verticale quand celui-ci se situe à la hauteur des yeux.

JPEG - 522.2 ko
Loin d’être aussi varié que le Kamasutra, la base autorise quand même deux positions tout à fait excises.


La base DECT n’a rien d’exceptionnelle, mais restera cachée sous un meuble la plupart du temps...

JPEG - 495.7 ko
Base DECT à relier à la box ou à la ligne télécom


Le téléphone est doté d’une touche physique pour allumer/déverrouiller/éteindre le téléphone. Les autres touches en façade sont similaires aux petites tablettes de la Gen8. L’absence de rétro éclairage pourra être handicapante lors de certaines utilisations (en soirée, en pénombre, lors d’une éclipse).

Au final, l’appareil est plutôt plaisant à regarder, même si bien sûr son plastique n’égale pas la plastique de certains smartphones de plusieurs centaines d’euros... (oh oh ah ah)

Au niveau hardware :

- Stockage interne : 8 Go de mémoire interne + slot micro-SD pour extension de la mémoire
- Écran : Écran couleur tactile de 3,5”
- Résolution : 272 x 480 pixels
- Fréquence DECT : 1,9 GHz
- Plateforme : Android™ 2.2 Froyo
- Processeur : OMAP™ 3630 @ 1 GHz avec accélérateur graphique OpenGL® ES 2.0
- Processeur dédié pour les communications DECT
- Dimensions et Poids  : 126x61x11 mm pour 90 g

II) Installation

Cet appareil original pouvait être synonyme de configuration difficile. Il n’en est rien.
Il suffit de suivre le mode d’emploi fourni par Archos :
- Brancher la base DECT
- Brancher la base de rechargement
- Mettre le smartphone sur la base
- Enfin allumer le téléphone

JPEG - 38 ko

Après cela, il démarre comme n’importe quel produit sous Android, la configuration est identique avec une étape supplémentaire pour la reconnaissance DECT, qui s’est faite automatiquement sans manipulation aucune.

Bref c’est un bon point ; une fois la configuration réalisée (heure, calibration, wifi), on peut passer son premier appel. Sans faute. Net et sans bavure.

III) Écran

Ce n’est clairement pas le dernier écran IPS HD du marché : sa faible résolution handicapera fortement l’utilisation du SHP en tant que tablette internet. Il en sera de même pour certains widgets qui seront tronqués.
La technologie TN limite les angles de vision. Un seul est cependant particulièrement touché : l’angle de droite. Le reste est convenable.

JPEG - 677.4 ko
JPEG - 419.3 ko
La faible résolution transforme le dau-fin en dau-grossier


Le tactile est... résistif.
Alors oui, les adeptes du capacitif et de l’effleurement de la pulpe du doigt seront déçus et crieront au blasphème, mais le test "Péprouf et Mémèrouf" a montré qu’il était suffisamment sensible pour être utilisé convenablement, sans avoir à recourir à l’ongle ou au stylet. Le bout du doigt suffit.
Après avoir enlevé le film de protection, il faut une pression minime pour activer les touches… La différence avec un écran capacitif est finalement assez négligeable.
Seul le revêtement moins « verre » et plus « plastique » de l’écran est un peu dérangeant, le doigt glisse moins bien, il accroche. Généralement cette sensation disparait après un moment d’utilisation (vernis ?).

En revanche, on ne pourra pas du tout profiter du multi-touch. Enfin on pourra toujours poser deux doigts sur l’écran, mais ça ne fera pas grand-chose…

Il faut quand même souligner que, malgré une calibration de l’écran effectuée au microscope, l’utilisation du clavier virtuel en portrait ou en paysage est digne des meilleurs casse têtes disponible chez Nature&Découvertes. Moins on l’utilisera, moins on aura envie de faire du Lancer de Smart Home phone une discipline olympique…
Il en est de même pour les touches android (précédent menu accueil recherche) qui sont particulièrement désagréables à utiliser. Le manque de retro éclairage et d’individualisation des touches y est pour beaucoup.

IV) A l’utilisation "téléphone"

Le SHP fonctionne parfaitement en mode téléphone fixe, avec sa base DECT branchée sur une prise téléphonique (fixe ou reliée à une box ADSL).
Les appels sont sans particularité. Certains pourront détecter un léger grésillement, peut-être dû aux interactions entre le haut-parleur et les ondes radio.
Le son est puissant et réglable. Un haut-parleur à l’arrière permet de diffuser le son de façon plus forte, pour que tout le monde puisse profiter des dernières nouvelles de Mammiouf !

JPEG - 594.3 ko
Coucou chérie ! Comment ça va mon amour ?
JPEG - 725.8 ko
"Bon... je dois te laisser, y a ma femme qui arrive"



JPEG - 19.3 ko

Il s’utilise exactement comme un smartphone sous Android avec, en plus des appels, la présentation du numéro, un journal d’appel, la synchronisation avec nos contacts (Gmail, exchange)…
Il existe même un mode « interphone » qui, a priori, permettrait d’appeler en local un autre smart home phone… De quoi remplacer un baby phone ?
Il affiche aussi le numéro de l’appelant. Ceci est une révolution.

L’appareil n’ayant pas de capteur de proximité, l’écran du téléphone reste allumé durant un appel, ce qui peut contribuer à réduire son autonomie pour pas grand-chose… On peut toutefois verrouiller ce dernier via le bouton latéral si on veut éteindre l’écran. La communication ne sera pas coupée, il faut juste y penser.

Ce petit smartphone fixe remplit donc parfaitement son rôle, pour le plus grand bonheur de Pépérouf qui peut le poser, grâce à son dock indépendant, n’importe où dans la maison. Le téléphone communique en effet sans fil avec la base DECT qui reste branchée près d’une prise téléphonique.

>> Suite et fin de l’article


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]

Test Archos Smart Home Phone

Les commentaires pour les anciens articles sont désormais fermés.

8 commentaires


  • Va84 - le 28 février 2013 à 11h33min

    J’aime bien " SOS Pizza " ^^’

  • olipatrick - le 28 février 2013 à 15h27min

    Moi j’ai du passer par arctools pour installer les applis google.
    Et après la mise a jour du système, tout va bien.

  • Perfectfred - le 1er mars 2013 à 11h30min

    Je n’accepterai aucune critique vis à vis de mes chaussons...

  • loloms - le 1er mars 2013 à 11h49min

    Nos chère teléphones dect tombent souvent par terre, et sont donc assez costaux pour endurer ce qu’ils subissent par nos enfants par ex.
    Quand est t’il de la solidité de celui-ci ??
    Parce que je voit mal les futures client planquer le tel pour pas qu’un enfant le prenne.

  • Perfectfred - le 3 mars 2013 à 08h26min

    J’ai fait le test : Aucun risque de panne avec une surveillance parentale. ;-)

    (Euh... Je n’ai absolument pas envie de faire ce genre de test, je ne peux bien entendu pas faire un test de ce genre, on comprendra ;-) )

  • Duke-Melegan - le 3 mars 2013 à 21h16min

    Ha ha j’aime l’humour du test :D

  • Dominique - le 7 mars 2013 à 14h39min

    Bonjour,

    J’ai acheté ce téléphone il y a quelques mois maintenant et c’est, pour moi, le pire produit Archos jamais fabriqué.
    La raison en est simple : ils ont complétement échoué au niveau de l’écran tactile.
    Le slider en est le meilleur exemple.
    Heureusement que j’utilise si peu ma ligne fixe !

  • Perfectfred - le 30 mars 2013 à 16h53min

    Avez vous retiré la protection d’écran ? Calibré l’écran ?

    Quand on est habitué au capacitif, c’est vrai que c’est une plair un peu cet écran. Mais comme on l’avait dit dans les test du 32IT par exemple c’est un résistif plutôt sensible... Au pire avec un stylet ça passe plutôt bien.