logo

Spécifications techniques et performances

samedi 27/11/2010 par

Commentaires 3 commentaires

A nouvelle génération, nouveaux composants. Si cet adage reste vrai, l’habitué d’Archos peut, cette année, être surpris. Alors que le fabricant français s’évertuait jusqu’à présent, année après année, à proposer des produits au top de la performance, la PME d’Igny est restée bien sage pour cette génération 8 : même processeur Cortex A8 que pour la génération précédente, seule sa fréquence ayant été boostée ; elle passe ainsi de 800Mhz pour l’Archos 5IT à 1Ghz ici. Soit des performances identiques au haut de gamme de smartphones.

Lassé de devoir sans cesse - et pour quels résultats ! - payer les pots cassés de l’innovation (débogage important des nouveaux processeurs), Archos a en effet pris cette année le parti de rechercher un positionnement qualité / prix imbattable.
Exit donc les composants instables comme le GPS (dont les performances sans assistance par la 3G ont rapidement montré leurs limites avec l’Archos 5IT), exit les accessoires multiples nécessitant des connexions propriétaires, exit enfin les versions multiples d’un même produit. Archos souhaite avec cette génération limiter ses efforts pour se concentrer sur les attentes les plus fortes des utilisateurs, quitte à décevoir ceux qui sont à la recherche d’un produit le plus haut de gamme possible...

Fiche technique officielle :
Plutôt qu’une longue énumération inutile, voici les spécifications techniques telles qu’elles sont officiellement annoncées.

JPEG - 167.2 ko

On retiendra donc qu’Archos a restreint le choix à deux capacités : celle de 8Go, en flash (testée ici même) et celle de 250Go à disque dur. Les utilisateurs de la version flash souhaitant augmenter la capacité devront donc se rabattre sur les cartes mémoire SD additionnelles, en vente libre. Les gros consommateurs devront également se résoudre à diviser par deux la capacité de 500Go de la génération précédente. Un choix probablement lié à la raréfaction de l’offre de disques dur pour terminaux mobiles...

On retiendra également l’arrivée de la technologie capacitive chez Archos. Depuis le temps qu’on l’attendait... C’est en effet le premier produit de la firme - avec l’Archos 101 - à abandonner la technologie résistive, moins chère, plus précise, mais moins réactive.

On retiendra enfin qu’Archos continue fort heureusement à miser sur les performances multimédia, grâce à une compatibilité aux formats audio / vidéo annoncée de nouveau exemplaire.

Connectiques

Archos semble ici continuer dans sa lancée précédente puisque le constructeur nous fait le plaisir de proposer :
- un port micro-USB standard avec extension en USB-Host quand on lui adjoint l’adaptateur nécessaire, permettant de brancher à sa tablette des périphériques tels que des clefs USB, disques dur externes, clavier USB (reconnus uniquement en Qwerty - contrainte d’Android oblige), etc.
- un slot micro SD/SDHC (du même type que ceux de la plupart des smartphones), pour la version flash uniquement
- et surtout un port mini-HDMI pour pouvoir afficher l’image de sa tablette sur sa télévision HD. Bonheur.

Et, contrairement aux générations précédentes, la disparition du port propriétaire (qui ne fera cependant pas que des heureux, puisqu’entraînant au passage la disparition de certains accessoires intéressants) permet de gagner en simplicité et en design.

Fonctions

Comme précisé précédemment, l’Archos 70IT se voit quelque peu allégé par rapport à l’Archos 5IT de la génération précédente : le GPS a en effet tout simplement disparu. Si on excepte les montages ésotériques (rendus toutefois plus simple grâce au firmware Froyo), il faudra donc oublier l’idée de remplacer votre vieux TomTom tout poussiéreux...
En revanche, Archos a conservé évidemment l’incontournable accéléromètre (G-sensor) ainsi que le bluetooth, tout en y ajoutant une caméra frontale 1,3MPixel devant permettre les visioconférences.

Nous reviendrons évidemment plus en détail sur ces différentes fonctions dans le suite du test.

Performances

Taux de transfert en USB :

Pour un transfert PC > Tablette de 2,11Go en 4 fichiers avi : 4’02 soit 8,7Mo/s.
Pour un transfert PC > Tablette de 922Mo en 226 fichiers mp3 : 2’28 soit 6,2Mo/s.

Capacité mémoire interne :

Dotée de seulement 256 Mb de RAM, contrairement à ses concurrentes plus haut de gamme qui montent généralement jusqu’à 512 Mb, cette capacité mémoire restreint le nombre d’applications pouvant être installées simultanément : la limite peut assez rapidement être atteinte pour peu qu’on souhaite installer plusieurs jeux imposants (type les jeux 3D renommés).
Avec l’arrivée de Froyo, plus de latitude est donnée à l’utilisateur puisque cette version d’Android permet désormais de déporter le jeu ou l’application de la mémoire système vers la mémoire interne (la carte SD). Malheureusement, cette fonction ne semble pas encore fonctionner pour l’ensemble des applications : plusieurs jeux 3D testés notamment ne le permettant pas.

Retrouvez toutes les explications sur la gestion de la mémoire interne dans notre article dédié.

Puissance :

Au petit jeu des benchmarks, l’Archos 70IT s’en sort plus qu’honorablement. Testé avec l’application Quadrant, la tablette d’Archos vient titiller le score du Nexus One avec plus de 1200 points :

Du tout bon, donc.

Autonomie :

Annoncé avec une autonomie en lecture audio jusqu’à 36 heures, en vidéo jusqu’à 7 heures et en surf internet jusqu’à 10 heures, l’Archos 70IT ne déçoit pas : la lecture de la vidéo témoin, avec mode avion activé (pas de wifi ni de bluetooth) et luminosité à 50%, la tablette a tenu 6h35. Les 7h devraient donc pouvoir être atteints assez facilement en diminuant davantage le rétro-éclairage.

Cette bonne autonomie est d’autant plus importante que la mode est désormais totalement orientée (merci Apple) aux batteries inamovibles et cette tablette n’y coupe pas. Et comme Archos a mis de côté ses accessoires type Battery dock des anciennes générations...

Pour finir ce chapitre, une contrainte tout de même : le fait que le port USB ne soit pas alimenté induit une perte d’autonomie conséquente lors des transferts de fichiers. Dommage...

>> Prochain chapitre : Design, connectiques et qualité de fabrication


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]

Spécifications techniques et performances

Les commentaires pour les anciens articles sont désormais fermés.

3 commentaires


  • vivalavida - le 28 novembre 2010 à 11h38min

    Je croix qu’ il y a une erreur en effet il me semble que ce n’ est pas la mémoire ram qui restreint le nombre d’ application installable mais la mémoire interne ou mémoire rom.

  • vivalavida - le 28 novembre 2010 à 11h42min

    Cependant la mémoire ram restreint le nombre d’ application executable simultanément. Et c’ est vrai que 256mo n’ est pas beaucoup cependant équivalent à l’ ipad meme si ios est mieux optimisé qu’ android.
    P.S : désolé pour les accents circonflexes manquant mais il manque une touche sur mon clavier.

  • sameh - le 2 janvier 2011 à 11h39min

    Il permet nativement de swapper sur la mémoire système, ce qui signifie qu’on peut lancer plein d’applications simultanément, du moment qu’elles n’ont pas toutes besoins d’accéder à la mémoire en même temps (cas le plus fréquent).