logo

OS et interface

mercredi 22/08/2012 par

Commentaires 0 commentaires

5) OS et interface : L’examen pratique


L’Archos 101XS tourne sous Android ICS, avec une mise à jour Jelly Bean de prévue.

PNG - 986 ko
http://www.chrisnsoft.com




Le processeur double cœurs TI OMAP 4470 épaulé par le giga de RAM ainsi que l’accélération matérielle 2D devrait assurer une expérience fluide dans toutes les circonstances de la navigation générale d’Android.



Le démarrage de la tablette se fait en 47 secondes, du classique pour Android. Pour comparer, un iPad 3 s’allume en 23 secondes, deux fois moins.
Une fois le bureau affiché, tout est fluide, les transitions entre les bureaux, les effets graphiques, le lancement des applications... Il n’y a pas grand chose à dire.

PNG - 787.6 ko


Subjectivement, il n’y a aucune différence avec un bon Tegra 3 quad core.

Nous avons le droit à un ICS avec très peu de personnalisation : c’est du Android brut de décoffrage. Cependant les Archos jouissent tout de même de l’ajout d’une application Media Center maison, sur laquelle nous reviendrons dans le chapitre audio/vidéo.

Durant une utilisation normale, la tablette reste fraîche comme un pétale de rose un matin de printemps. Sauf à un endroit, une petite surface de quelques centimètres carrés qui devient tiédasse, dans l’angle inférieur gauche (en regardant la tablette de face). Franchement cette légère hausse de température n’est absolument pas gênante, c’est même assez impressionnant de voir que la tablette reste aussi fraîche.
Par contre, en la stressant bien (benchmarks, gros jeux 3D) et en la rechargeant en même temps, elle devient chaude. Chaude, mais loin d’être excessif au point d’être brûlant. Cela reste plus frais qu’un iPad 3 dans les mêmes conditions, par exemple.

Le multitâches fonctionne parfaitement bien : il est possible de lancer plusieurs jeux, plus skype plus quelques onglets internet, le tout sans recharger une seule application.

En conclusion, nous avons un produit très fluide.

Il existe cependant quelques petits accrochages occasionnels sur l’interface d’Android, qui se remarquent lors de la navigation sur certains sites web. Déjà réduits après quelques mises à jour de firmware, on peut espérer qu’ils ne seront même plus visibles lors de la commercialisation effective du produit. Archos étant réputé pour améliorer sensiblement l’optimisation de ses firmwares au cours des premiers mois de commercialisation. Qui plus est, l’arrivée attendue de Jelly Bean devrait améliorer davantage encore la fluidité générale de l’interface comme le constate tous les tests de cette nouvelle version d’Android.

Le constat est donc très largement positif.

Pour finir, la synchronisation avec un PC est relativement simple. Les transferts ne sont en revanche pas des plus rapides : en mode "appareil mobile" par défaut, on met une minute pour transférer un fichier de 700Mo.


>> Prochain chapitre : le clavier

<< Retour au sommaire


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]