logo

OS et interface

dimanche 5/02/2012 par

Commentaires 1 commentaires

Sans vouloir entrer dans un descriptif complet d’Android Honeycomb - il existe suffisamment d’articles pour cela sur internet - ce chapitre permet néanmoins d’étudier son intégration par Archos.


Test de l’Archos 101G9 turbo à 1,5GHz : bureau... par ArchosLounge

Une interface enfin pensée pour les tablettes

Si Froyo, et d’une manière générale la branche 2.x d’Android, pouvait déjà paraitre sympathique pour une tablette, admettons néanmoins que son ergonomie et design restaient largement perfectibles pour une utilisation sur un grand écran.
Avec Honeycomb, un pas intéressant est proposé par Google, même s’il reste encore largement perfectible.

PNG - 1.2 Mo

Pour commencer, si on met de côté le design futuriste qui plaira ou déplaira selon les goûts de chacun, force est de constater que l’ergonomie s’en trouve mieux pensée :

- Abandon de la barre de notification déroulante : si elle a fait la pertinence d’Android sur Smartphone (concept récemment repris par Apple), la barre de notification se révélait peu pratique sur grand écran ; chance : avec Honeycomb, elle disparait et les notifications s’affichent désormais dans la barre de menu elle-même, en bas de l’écran ; globalement pratique, même si obligeant à pointer précisément des icônes du doigt pour afficher le détail de la notification (parfois peu évident lorsqu’on dispose d’une housse par exemple)

- L’ajout des widgets et la gestion des fonds d’écran s’effectue par le biais d’un menu aisément accessible, en plus de l’appui long sur le bureau, présentant les différents écrans du bureau pour y déplacer les icônes des applications et widgets

- Les widgets enfin redimensionnables, permettent de mieux les adapter au format des tablettes et d’afficher plus d’information (notamment pour les lecteurs d’actualités)

- Les principaux switchs (luminosité, wifi, 3G...) rapidement accessibles, via le menu de paramètres, rendent quasiment inutiles les widgets dédiés souvent utilisés sous Froyo

- Un environnement globalement stable : alors que la toute première version d’Honeycomb était peu mature, les versions 3.2 se révèlent stables et rares ont été les fermetures de programmes inopinées.

Reste quelques éléments fâcheux :

- Horreur et damnation : pourtant présents depuis longtemps sur Android, les dossiers ont disparu avec le passage à Honeycomb ; pas incontournable compte tenu de l’espace disponible sur le bureau d’une tablette, certes, mais franchement surprenant...

- Le menu vertical présentant l’historique des applications est peu rustre, même si les vignettes sont les bienvenues ; on aurait souhaité davantage de peaufinage dans les effets ou les fonctions rattachées... En particulier, l’impossibilité d’arrêter manuellement les programmes lancés et visibles dans l’historique est frustrant (mais sera enfin possible sous ICS...)

Une interface fluide ?

Admettons le : avec son iPad, Apple conserve la suprématie sur la fluidité de l’interface. Correcte avec une 101 1Ghz, elle devient franchement bonne avec une 1,5Ghz mais reste malgré tout en deçà de son concurrent : la présence de widgets sur le bureau tend toujours à provoquer de temps à autres des micro-saccades. Le passage en Ice Cream Sandwich devrait cependant encore améliorer la situation...

Quelques tests effectués par rapport à la concurrence (notamment la Galaxy Tab) montrent qu’Archos a réalisé un travail propre et efficace en proposant un environnement au moins aussi fluide et performant que ses compétiteurs directs, souvent bien plus chers. C’était déjà le cas avec les versions 1Ghz, c’est donc d’autant plus le cas avec les 1,5Ghz.

Plusieurs fonds 3D animés ont été testés avec succès : si l’expérience restait un peu hasardeuse avec la version 1Ghz - restant globalement fluide mais connaissant de temps à autre des accès de saccades violentes - l’expérience flirte avec le sans faute pour la version 1,5Ghz. C’est réellement un bonheur que de tester les différents fonds 3D animés présents sur le market Android.
Alors oui, évidemment, cela reste du superflu mais ajoute un charme certain face à la rigidité d’un iOS...

PNG - 960.3 ko
PNG - 634.5 ko
Un fond 3D animé fort joli...

Enfin, notons que le home alternatif SPB Shell 3D - juste magnifique - fonctionne lui aussi parfaitement bien.

Au final, on retiendra qu’Honeycomb (3.x) apporte un réel plus aux tablettes par rapport à son ainée 2.x, même si cet environnement aurait mérité d’être un peu mieux peaufiné par les équipes de Google. Peut-être y aurons-nous droit avec le portage sous Ice Cream Sandwich prévu d’ici fin février... ?

>> Chapitre suivant : Menus audio / photo / vidéo


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]

OS et interface

Les commentaires pour les anciens articles sont désormais fermés.

1 commentaires


  • cajl - le 5 février 2012 à 12h49min

    Pour le SPD 3D, c’est top...
    je peux le confirmer