logo

Les français Memup et JMI Tech disparaissent du marché français High-Tech

mardi 12/08/2014 par

Commentaires

Triste nouvelle pour le high-tech français : Memup, une marque de 20 années d’ancienneté tout de même, vient de rendre les armes. Sa mise en liquidation judiciaire a été ordonnée le 9 juillet dernier - comme indiqué sur le site verif.com. Son site officiel affiche actuellement une page d’indisponibilité "pour raisons techniques".

Nos confrères de Minimachines ont semble-t-il été les premiers à être alertés de cet "évènement"... qui s’est justement déroulé en toute discrétion.

Et cette faillite a de quoi surprendre : la société affichait en effet tout de même un chiffre d’affaires de 38,7 millions d’euro en 2008 et de 40 millions plus récemment, en 2013 (cf. sa fiche Wikipedia), sans jamais avoir alerté évidemment sur sa mauvaise santé financière. Elle a par ailleurs communiqué jusqu’en juin sur des nouveaux produits, tel son dernier jouet waterproof :

De façon plus ironique encore, Memup remportait fin 2013 un contrat important avec le Conseil Général de l’Oise, pour équiper les collégiens de tablettes numériques.

Mais Memup n’est pas seul... JMI Tech l’a devancé !

Très active sur le net dès sa naissance en 2012 grâce à un buzz globalement bien orchestré autour d’une pseudo-exclusivité technologique avec le fondeur Mediatek - qui a fait des vagues jusque dans notre forum, la société n’a finalement pas réussi à réellement prolonger un premier succès critique auprès de consommateurs très versatiles. Et tout comme Memup, faute d’innovation et de distinction, sa dissolution a été prononcée en avril dernier - comme l’atteste les bilans des Echos.

Les fondateurs de la marque ont donc visiblement décidé de rendre les armes, action aisée puisque l’entreprise ne représentait finalement qu’un simple revendeur agréé de marques chinoises et ne disposait a priori que de très peu d’effectifs. Le site officiel, quant à lui, est déjà de retour sur le marché des noms de domaines.

Côté marques françaises, le choix s’est donc soudainement et fortement restreint : outre Archos, évidemment, EviGroup continue de proposer des nouveaux produits - parfois en forte corrélation avec ceux de la PME d’Igny. Les deux entreprises ont une vision du marché assez semblable, même si les volumes d’EviGroup restent a priori confidentiels.
L’autre survivante est à trouver côté recettes de cuisine, avec la Qooq - produit unique de la marque Unowhy - et qui semble avoir été figée dans le temps : portée principalement par la FNAC (qui par ailleurs semble avoir délaissé Archos depuis plusieurs années...), elle ne semble pas avoir bougé d’un iota depuis 2012. Une éternité pour un produit électronique...

Si la première réaction peut être de penser que cette disparition offrira du chiffre d’affaires supplémentaires aux concurrents - dont Archos évidemment, elle reste de courte vue. En effet, il s’agit avant tout d’un mauvais signal pour le marché de l’entrée de gamme sur lequel s’était positionnés Memup et JMI Tech. Et sur lequel sont positionnés également Archos et EviGroup.
Car c’est bien la preuve que l’entrée de gamme seul ne permet pas de survivre face aux coups de butoir des grands marques d’une part (qui rabaissent leurs marges et jouent sur de gros volumes) et les marques chinoises d’autre part, qui apprennent vite et qui peuvent s’appuyer sur leur maîtrise des composants de base (processeurs, écrans etc.).

La leçon est donc toute trouvée pour Archos, qui semble de toute manière déjà avoir bien pris la mesure de l’enjeu : le discours de Loic Poirier, dirigeant actuel de l’entreprise, est bien de restaurer les marges de l’entreprise grâce à une remontée en gamme. Reste que, dans la pratique, les derniers produits annoncés - quasiment tous à moins de 200€ - ne semblent pas forcément correspondre à ce discours.
Cette double disparition confirme par ailleurs un peu plus la nécessité de conserver une vraie R&D (absente des deux entreprises concernées), seule à même de générer de la différenciation et de conserver des atouts face à la concurrence. Une R&D qui, chez Archos, a jusqu’ici toujours su être suffisamment préservée pour offrir à ses clients de belles surprises - telles les GamePad et autres objets connectés Smart Home.
Autre avantage de la PME francilienne : sa cotation sur le marché français l’oblige à communiquer ses comptes et donc à donner de la visibilité sur sa santé financière. Une santé financière depuis toujours fragile, mais qui a jusqu’ici toujours su faire face aux (nombreuses) difficultés grâce à une réactivité importante.


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]