logo

Les Internet Tablet ne sont pas des tablettes

mardi 28/12/2010 par

Commentaires 27 commentaires

Rebondissement dans l’affaire de la taxe pour copie privée. En effet, il y a plusieurs mois, la commission travaillant sur le sujet avait envisagé un barème de taxation applicable aux tablettes. Archos avait réussi a sauver sa tête en présentant un certain nombre d’arguments. Pour Archos, ses produits ne sont pas des tablettes au sens où la commission l’entend mais des Mini-PC. L’argumentation avait fait mouche, et puis finalement la commission s’est ravisée et compte bien taxer les tablettes Archos.

Dans l’édition du 27 décembre, le journal Lesà‰chos rapportait la volonté du PDG d’Archos Henri Crohas de ne pas voir ses produits assujettis à cette nouvelle taxe. Reprenant la même argumentation de la tablette qui n’est pas tablette mais un Mini-PC, Henri Crohas envisage la possibilité d’une action devant le Conseil d’à‰tat. PcInpact fournit l’argumentation présentée par Archos à la commission.

Une argumentation évidemment très orientée... et qui joue sur les mots. Toujours est-il que l’argumentation présentée par Archos aboutissant à un résultat contraire à l’esprit de l’objectif de celui de la commission, il est fort à parier que cette dernière parviendra à reformuler les termes fixant les conditions d’assujettissement à la taxe. Il n’en reste pas moins, que dans l’hypothèse d’une taxation avérée, les produits Archos subiraient une augmentation sans doute assez conséquente sur les modèles à grosse capacité.

Finalement, la très faible commercialisation pour cette génération 8 de tablettes à fortes capacités de stockage trouve peut être dans ce débat une certaine justification. Une taxe qui viendrait aussi s’accumuler avec la hausse des salaires des ouvriers chinois. Toutes ces taxes, redonneront peut être plus d’attrait aux boutiques canadiennes.


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]

Les Internet Tablet ne sont pas des tablettes

Les commentaires pour les anciens articles sont désormais fermés.

27 commentaires


  • Sscrew49 - le 28 décembre 2010 à 13h27min

    Et oui, ce sont des tables !

  • Thomas - le 28 décembre 2010 à 13h40min

    Bien, en voila un de nouvel argument

  • - le 28 décembre 2010 à 13h54min

    Dommage pour archos mais fallait s’y attendre mais de toute facon les principaux concurant d’archos vont se prendre la taxe eux aussi donc leur produit seront toujour les plus competitif niveau tarif

    Pour eviter de payer cet taxe il n’ont plus qu’une seule solution vendre des tablette sans disque dur ou memoire flash et mettre des fentes pour des cartes memoires comme cela le client achete a part la memoire qui lui semble suffisante et du cout archos ne reverse plus des million a l’etat et comme cela il economise de l’argent il y a deja un port micro sd qui permet de rajouter jusqu’a 32 go alors rien ne les empeche de virer les 8 ou 16 go de memoire flash comme le font deja les fabricants de telephone portable

  • - le 28 décembre 2010 à 13h56min

    Des mini-tablettes ? Avec des mini-taxes ?

  • - le 28 décembre 2010 à 14h10min

    Attention, parler de taxe ici est erroné. L’argent prélevé par une taxe est destiné à l’état, c’est à dire au service public. Ici le terme officiel est "rémunération pour la copie privée", destinée à des personnes privées, en l’occurrence des artistes et leur maisons de disques. Le terme juste n’est donc pas taxe mais racket.

  • Archosnovice - le 28 décembre 2010 à 14h21min

    Cela voudrait dire que les prochaines tablet Archos qui sortiront seront plus cher ?
    Savez vous de combien environ les tablets augmenteront ?
    Est-ce que toute la génération 8 d’Archos est concernée par cette taxe (en particulier l’archos 43 internet tablet) ?
    Merci pour vos réponses....

  • sidero - le 28 décembre 2010 à 14h32min

    "Dommage pour archos mais fallait s’y attendre mais de toute facon les principaux concurant d’archos vont se prendre la taxe eux aussi donc leur produit seront toujour les plus competitif niveau tarif"

    Non justement. Cette taxe est basé uniquement sur la capité de stockage et non sur le prix de vente. Donc, elle entraîne une distortion de la concurrence. 10€ de taxe sur un ipad vendu 500€ n’a pas le même impacte que 10€ sur un Archos vendu 100€.

  • Helas - le 28 décembre 2010 à 15h18min

    « 800 000 tablettes écoulées sans rémunération de la création. Qui sont les voleurs de patates ? » s’interrogeait gravement Pascal Rogard, directeur général de la SACD,

    Et ouais, pas de chance d’être français pour Archos et de devoir financer toute cette bande de parasites-taxeurs qui considèrent qu’être le dernier fabricant multimédia en France, ce n’est pas être créateur mais être un voleur de patate.
    Ferait bien de se délocaliser totalement, Archos. Et nous avec.

    Pascal Rogard, le taxeur, c’est bien lui le "voleur de patates". Sa manière ridicule et indigne de s’exprimer ferait rire si cette le nombre et la mentalité de ces parasites ne détruisaient pas l’industrie, la créativité et la richesse du pays.

  • Ce qu’il faut savoir - le 28 décembre 2010 à 15h34min

    A qui et à quoi sert la taxe "copie privée" qui liquide Archos :

    En assumant publiquement dans Le Monde du 20 décembre qu’il percevait 600 000 euros bruts par an, ce qui était public, Bernard Miyet a déclenché un vent de réactions qui concernera, à terme, tous les dirigeants des sociétés de droit d’auteur.
    (...)
    Le débat qui concerne la rémunération de Bernard Miyet, patron de la Sacem, risque de s’étendre à tous les dirigeants des sociétés d’auteur dont les rémunérations sont très nettement supérieures à la moyenne nationale pour des postes équivalents.
    (...)
    Un salaire supérieur à celui d’un ministre d’Etat -
    Rien ne devrait ralentir ce mouvement d’indignation tant la somme en question paraît considérable. Il est probable que d’autres dirigeants de sociétés d’auteur vont être concernés. Marc Guez, président de la SCPP, perçoit près de 300 000 euros par an, le directeur général de la Sacd [Pascal Rogard] lui, un salaire supérieur à 200 000 euros par an, quand la rémunération moyenne de ses dirigeants est de 150 000 euros par an.
    (...)

    Source (à lire, édifiant)->http://electronlibre.info/Le-salaire-du-patron-de-la-Sacem,01012

  • helas_bis - le 28 décembre 2010 à 15h40min

    Archos n’a pas envoyé sa petite enveloppe (bakchich) juste avant la dernière élection présidentielle ? Grave erreur :-)

  • nalaf - le 28 décembre 2010 à 19h12min

    cette taxe permet aussi de financer le centre national du film, sans lequel il n’y aurait à l’heure actuelle plus de cinéma français. Regardez nos voisins européens, ils ont quelques grands réalisateurs, mais une production totale assez faible, contrairement à la france grâce à ce genre ce taxes.

    Enfin bon, les films, vous les téléchargez illégalement, donc c’est pas votre problème hein !

  • anonyme de 19h17 - le 28 décembre 2010 à 19h17min

    Un work-around, c’est de laisser une trappe à l’arrière de l’appareil. Archos peut sortir un modèle avec 2 Go ou plus en flash et l’emplacement libre pour un DD.

  • archos - le 28 décembre 2010 à 19h39min

    Est-ce qu’Archos compensera cette taxe en augmentant le prix des produits de la génération 8 ?
    Quelles sont les conséquences de cette taxe pour le consommateur ?

  • Nastyatak / Marien - le 28 décembre 2010 à 19h52min

    L’article donne des liens qui permettent de trouver les réponses à ces questions.

  • cedricpc - le 28 décembre 2010 à 19h55min

    « Â Enfin bon, les films, vous les téléchargez illégalement, donc c’est pas votre problème hein ! »
    La bonne vanne. Et le nombre d’entrées au cinéma, ça compte pour du beurre ?

    C’est dingue, dès que l’ont critique la rémunération pour copie privée, on a presque toujours droit au refrain « si vous dites ça, c’est parce que vous téléchargez illégalement, sans elle la Culture Française serait morte » – sympa au passage pour les artistes qui se démènent sans pouvoir profiter de tous ces avantages.

    Ce genre de ponctions ne sont rien d’autre qu’une forme de racket. C’est comme si demain, on ajoutait une rémunération pour l’utilisation de sa voiture sur le prix de carburant... Bah oui, les pauvres constructeurs automobiles, une fois la voiture achetée, on peut l’entretenir/la réparer sans même passer par lui, c’est un manque à gagner considérable.

  • - le 28 décembre 2010 à 20h56min

    "cette taxe permet aussi de financer le centre national du film, sans lequel il n’y aurait à l’heure actuelle plus de cinéma français."

    Les films français c’est pas trop mon truc de même que les Blockbuster américains.

  • - le 28 décembre 2010 à 21h04min

    Est-ce quelqu’un pourrait expliquer clairement ce qui ce passe car je comprends pas trop ?
    Quel rapport entre archos et la SACEM ?

  • - le 28 décembre 2010 à 21h10min

    Plus de films français, vraiment ? Oh je l’aime vraiment de moins en moins cette taxe !

  • Iowfi - le 28 décembre 2010 à 22h05min

    Y a jamais eu autant d’entrée dans les salles de cinémas depuis que les PC multimédias, le téléchargement, les tablettes existent...Pas sur que cela nuise autant qu’on le dit.

  • nalaf - le 28 décembre 2010 à 22h45min

    « Y a jamais eu autant d’entrée dans les salles de cinémas depuis que les PC multimédias, le téléchargement, les tablettes existent...Pas sur que cela nuise autant qu’on le dit. »

    c’est justement parce qu’un marché du cinéma est maintenu par ce biais que la fréquentation est bonne. Supprimez le CNC et il y aura moins d’offres dans les cinémas, donc moins de fréquentation.

    « C’est dingue, dès que l’ont critique la rémunération pour copie privée, on a presque toujours droit au refrain « si vous dites ça, c’est parce que vous téléchargez illégalement, sans elle la Culture Française serait morte » – sympa au passage pour les artistes qui se démènent sans pouvoir profiter de tous ces avantages. »

    Je ne parle pas du secteur du phonogramme, mais de celui du cinéma. D’ailleurs cette taxe concerne probablement aussi les maisons d’éditions, puisque les photocopieurs et autres outils de copie sont eux aussi taxés, et que les tablettes permettent de lire sur support digital.

  • ArchosForAll - le 28 décembre 2010 à 23h32min

    Ils ont appellé ça "internet tablet". Mais le 28 et 32 ne peuvent être des tablettes internet, écran trop petit.

    Ils auraient dû l’appeller "android tablet"

  • zeeric - le 29 décembre 2010 à 03h39min

    @nalaf si c est soit disant pour cela, alors ce serait un impot. Et prouve moi que le cine en a vraiment besoin,ce quu est prouve c est que la partie quu revient reellement a la creation est derisoire.

    Bref c est tellement bien fichu que cela tue les bas prix, cela risque de fragiliser archos, et cela ne donne pas envie de faire des efforts pour ce genre d aneries

  • cedricpc - le 29 décembre 2010 à 04h06min

    « Â Je ne parle pas du secteur du phonogramme, mais de celui du cinéma. »


    Je n’ai pas évoqué de secteur précis, mais tous ceux visés par la rémunération pour copie privée, donc aussi celui du cinéma. De toutes façons, ma critique marche aussi bien pour l’un que pour l’autre. :)

  • pollux - le 29 décembre 2010 à 10h07min

    "cette taxe permet aussi de financer le centre national du film, sans lequel il n’y aurait à l’heure actuelle plus de cinéma français. Regardez nos voisins européens, ils ont quelques grands réalisateurs, mais une production totale assez faible, contrairement à la france grâce à ce genre ce taxes."

    Et ?? Je suis cinéphile, et j’ai fait des études de cinéma plusieurs années, et je trouve qu’on peut avoir un point de vue bien différent, à savoir que ce genre de taxe permet aussi de financer la médiocrité et ne pousse pas à l’innovation.
    Le cinéma/audiovisuel Allemand, Anglais, Espagnol et Italien va financièrement moins bien, fait peut-être moins d’entrées et moins de films dans l’absolu, mais ils obtiennent une certaine forme d’indépendance, d’impertinence dans le ton, et pour certains une réelle qualité de réalisation, tout en diminuant très sensiblement l’usage du copinage dans la production.
    Ils ont moins de films, mais pas moins de bons films à mon sens (toutes proportions gardées).
    Si c’est la taxe sur les CD que j’achète qui finance des films comme "Le bruit des glaçons" ou "Michel Vaillant", je m’en passerais très bien personnellement ;)

    Mais bon, les goûts et les couleurs comme on dit...

    Reste que je suis bien de l’avis général : ce genre de "taxe", c’est du racket, ni plus ni moins. C’est loin d’aider les petits chanteurs/réalisateurs, et ça ne servira qu’à agrandir les comptes en banque des gros poissons. Et ça n’aidera en rien la "culture" française.

    Et surtout, pourquoi devrais-je payer une taxe sur un Archos 8Go si je ne m’en sert que pour décharger mon appareil photo et écouter les rip de mes propres CD/DVD ??

  • Iowfi - le 29 décembre 2010 à 11h24min

    « C’est dingue, dès que l’ont critique la rémunération pour copie privée, on a presque toujours droit au refrain "
    Ce que je critique c’est le mode de financement.
    D’ailleurs ce mode de financement attire, installe des gens qui n’ont rien à faire avec la culture et qui en profite pour se faire des c... en or.

  • wumps13 - le 29 décembre 2010 à 18h43min

    Cette taxe ne paye même pas hadopi mais johnny holuday ... a oui pour hadopi y’a l’impots sur le revenus... ça me fais vomir :(

  • - le 30 décembre 2010 à 09h05min

    Un article intéressant à lire sur le sujet. A la fin on y lit "La Commission sur la rémunération pour copie privée doit se réunir mercredi 12 janvier, pour une seconde délibération, qui devrait être suivie d’une publication au Journal officiel. Le nouveau barème devrait donc être appliqué dès le début du mois de février. Mais Archos envisage un recours auprès du Conseil d’Etat, tout comme le Syndicat des industries de matériels audiovisuels électroniques (Simavelec).

    A la fin du mois d’octobre, les redevances pour copie privée ont également été remises en cause par la Cour européenne de justice, estimant que ces taxes ne doivent pas s’appliquer aux entreprises qui achètent ces biens pour des raisons professionnelles. "L’application de la redevance pour copie privée aux supports de reproduction acquis par des entreprises et des professionnels à des fins autres que la copie privée n’est pas conforme au droit de l’Union", résument les juges du Luxembourg."