logo

Interview de Loic Poirier sur Europe 1

mercredi 5/03/2014 par

Commentaires

Loic Poirier continue sa compagne promotionnelle pour les municipales son entreprise, par une interview dans l’émission Des Clics et des Claques, ce mardi 4 mars sur Europe1.

Et l’émission de commencer sur les chapeaux de roue avec un retour sur le plouf du prototype de smartphone "durcis", qui a largement fait le buzz ces derniers jours sur les sites plus ou moins spécialisés (en techno ou en buzz).
Avec panache, Loic Poirier assume et prend même le parti d’en rire ("un très bon buzz"). Une réaction de bon aloi qui lui permet de plus de placer un combo gagnant en caressant Capital dans le sens du poil (on ne gagne rien à se mettre à dos la presse...), en prenant sur lui la maladresse (patron attentionné) et en précisant une cause - "une trappe" restée ouverte - qui protège le produit de toute responsabilité (nos produits sont bons). Bref, de la bonne communication de professionnel qui tranche avec celle - beaucoup plus hésitante - de son prédécesseur.

Ensuite, Loic Poirier remet une couche de communication maîtrisée en mettant en exergue sa "communauté". Oui, ArchosLounge, JBMM & consorts ont été cités. Vous, qui écoutez cette émission et parcourez ces lignes. Et qui achetez parfois ses produits (faut bien...). La gloire. Champagne. Un Don PerIgny s’il vous plait.

Et un petit rappel au passage : Archos est 3ème en Europe, 7ème mondial sur le marché des tablettes. Et 5ème en France sur celui des smartphones. Alors non, Archos n’est pas le petit poucet français. Nan mais.

Puis Loic Poirier de brandir son smartphones 5", 4G à 200€. Ha. Bon, il en a de la chance, lui, parce que le consommateur, il attend toujours. Mais il parait que ça sort bientôt. Chouette, on va encore patienter un peu alors.

Et tout d’un coup, Loic Poirier s’emballe en évoquant la cohorte de gens achetant leur téléphones à poil dans la rue. A poil... A poil ? Ha non, pardon. C’est le téléphone qui est à poil. Enfin, "nu" plutôt. Sans abonnement, quoi. Du coup, l’argumentaire tient mieux la route. Mais reste classique, hein, on a rien sans rien.

Et voici maintenant venir le discours sur les objets connectés, qui viennent s’ajouter au téléphone greffé à la main. Faudra juste éviter de faire appel à Carmat, c’est plus sûr.
Et Guy Birenbaum d’exprimer son inquiétude du "tout connecté". Compte tenu de son activité sur Twitter - ininterrompue - c’est le core de son smartphone qui risque de lâcher le premier, pour le coup.

Au final, cette émission laisse un goût quelque peu plaisant dans la bouche : discours maîtrisé, bonne ambiance, le directeur d’Archos ne s’est pas défilé face aux questions convenues de ses interlocuteurs. A quand le JT de France2 ?

Retrouvez l’interview à partir de 20h35 (15 minutes environ).


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]