logo

GamePad 2 : le test complet !

lundi 11/11/2013 par

Commentaires

Nous y voilà ! Après un bon mois de teasing autour de sa nouvelle révision de GamePad, Archos nous donne enfin l’occasion de tester une version quasi-finale de son produit. Et ne soyons pas mesquins, allons droit au but : oui, la GamePad 2 est LE produit qu’on attendait, celui-là même qui pourrait redresser à lui seul l’image de marque du fabricant français. Et cet avis ne se base pas sur une simple semaine d’usage, comme c’est souvent le cas. Mais plus d’un mois de maltraitance...

JPEG - 1.4 Mo

Qualité de fabrication, excellent choix des composants, R&D hardware et software ingénieuses... Alors que la GamePad première du nom nous avait séduite l’année dernière par son concept, mais quelque peu frustrés par une qualité de fabrication largement teintée de low-cost, son successeur redresse la barre et corrige en tous points les défauts relevés à l’époque.

Mais trêve de billevesées, passons aux choses sérieuses en décortiquant ce nouveau venu.

Sommaire :

- Introduction, spécifications générales et performance
- Une tablette Android
- Quelle expérience pour un gamer ?
- Conclusions

Design et qualité de fabrication

Le package proposé par Archos est composé des éléments suivants :
- Le GamePad 2
- Un câble micro-USB
- Un chargeur secteur (avec embout micro-USB)
- Les habituels livret de garantie & guide utilisateur (succinct)
- Un livret spécifique à l’usage du "Mapping Tool"

JPEG - 1.8 Mo

À peine le précieux sorti de sa boite, l’évolution saute à la figure : nous avons affaire ici à un design classieux et épuré, parfaitement inspiré. Le GamePad est habillé d’une robe en noir glossy (mais forcément salissante), agréable au touché au niveau des paumes, la zone centrale du dos est en revanche légèrement rugueuse pour faciliter la prise en main. Les sticks analogiques et croix de direction sont entourés d’un même liseré argenté en forme de haricot. Un choix stylistique qui aurait pu être discutable, mais qui se révèle finalement agréable à l’œil et faisant ressortir dès le premier regard, les principaux atouts de cette tablette : ses sticks analogiques.

JPEG - 266.8 ko
JPEG - 1.7 Mo

Pas besoin de chercher loin où Archos est allé puiser son inspiration stylistique... :

JPEG - 494.8 ko

Côté rigidité, là non plus, rien à dire : alors qu’Archos s’était fait une spécialité malheureuse, ces dernières années, de proposer des tablettes à la coque plastique craquante (au sens bruit, et non pas émotion), rien de tel ici : l’ensemble est solide et respire la confiance.

PNG - 2 Mo

Autre élément stylistique sympathique : les 4 gâchettes (2 à gauche et 2 à droite), sont en plastique transparent. Ce qui permet d’alléger le design de la tablette.

Les boutons On/Off et de volume, situés sur la tranche supérieure, sont quant à eux suffisamment affleurants et larges pour n’être ni trop volumineux, ni trop contraignants à manipuler. On regrettera juste, peut-être, le placement du volume qui peut difficilement être manipulé en pleine partie (un placement proche des sticks aurait été plus simple d’accès, mais disgracieux).

JPEG - 408.7 ko

Enfin, pour finir, un miracle : l’écran est affleurant. Sans ce satané décrochement historiquement présent sur les tablettes "made in Igny", lié à un brevet qui rendait visiblement suffisamment fier Henri Crohas pour le faire perdurer contre vents et marées depuis des années.
Bilan : le doigt n’accroche plus, c’est lisse, propre et n’impacte plus le design. Champagne.

Vidéo de présentation :


Caractéristiques techniques, autonomie et performances

Un produit joli c’est bien, mais un produit performant c’est mieux ! Et à la lecture des spécifications, rien ne semble acquis :

JPEG - 316.1 ko

Le processeur, d’une part : un RockChip RK3188, Quad-Core A9 et tournant à 1,6GHz certes, mais qui n’en font pas pour autant un Exynox ou un Snapdragon. Idem pour le GPU, un Mali 400 MP4 qui a fait ses preuves... sous les générations précédentes. Un effort a cependant été porté sur la RAM qui monte à 2Go ce qui contentera les plus exigeants.
Alors, ce processeur est-il à la peine ? Soyons clairs : si tout gamer qui se respecte aurait souhaité voir un processeur très haut de gamme embarqué, le choix d’Archos est judicieux : sans atteindre des sommets, le RK3188 permet de faire fonctionner sans peine tous les jeux du moment et à venir, pour un prix d’attaque largement moindre que la concurrence haut de gamme.

Benchmarks :

PNG

Quadrant
PNG - 122.3 ko
PNG - 76.9 ko
AnTuTu
PNG - 1 Mo
Epic Citadel

PNG

Vellamo


Cette performance, bien que loin des sommets de la concurrence haut de gamme, se trouve être néanmoins très bonne pour un produit à 200€. Et cette puissance se retrouve dans la réactivité de l’interface elle-même : que ce soit sur le bureau, dans les menus Android, sur le web ou dans Google Play, la fluidité ne flanche quasiment jamais comme l’atteste la vidéo suivante :


Ecran :

Autre inquiétude : l’écran. Là aussi source de regrets assez réguliers ces dernières années, la GamePad 1 avait largement failli sur ce domaine, avec un écran TN qui proposait des couleurs peu valorisantes et des angles de vision vite dégradés.
Avec cette nouvelle version, Archos a visiblement choisi avec goût son fournisseur puisque le GamePad 2 propose désormais un écran IPS 7", aux très bons angles de vision et doté d’une meilleure résolution : 1280x800 (au lieu de 1024x600 l’année dernière). Pas de très haute résolution, qui aurait handicapé prix et performance, mais juste ce qu’il faut pour une restitution à la hauteur des attentes.

Même jeu, même image : les angles de vision entre le GP1 et GP2 sont sans comparaison...
JPEG - 490.9 ko
JPEG - 471.8 ko
JPEG - 367.9 ko
JPEG - 357.5 ko
Merci Cajl pour le prêt de la GP1 !


Sur le test ci-dessous, on peut constater que le rond orange propose une certaine constance selon les angles de vue. Ce n’est pas encore la perfection des tablettes à 500€, certes, mais rien de quoi ternir l’expérience utilisateur.

JPEG - 200.3 ko

Enfin, côté colorimétrie, là non plus le dernier né d’Archos souffre peu la critique : couleurs chaudes et vives, bon piqué... cet écran donne du plaisir à l’usage.

Reste les autres caractéristiques :

- Autonomie

Autre critique d’importance de la GamePad 1, Archos se devait de relever l’autonomie de la version 2013... Et c’est chose faite : grâce à sa batterie 5000mAh, elle tutoie les sommets avec plus de 9h de vidéo (mode avion et luminosité à 50%) et entre 4 et 5h de jeux. Ainsi, la batterie qui était un point de critique sur la première version, devient un des points forts de la deuxième version de l’Archos GamePad.

- Stockage

Avec 8 ou 16Go de mémoire, nul doute que tout gamer se sentira vite à l’étroit. N’importe quel jeu AAA du style de ceux de GameLoft mangera rapidement plusieurs centaines de Mo, voire quelques Go pour Asphalt 8 ou Modern Combat par exemple. Une carte mémoire micro SD additionnelle sera donc appréciée, sous peine d’être vite limité dans les installations de ses jeux.
Chance, Archos a pensé à nous en permettant l’ajout de cartes SD pouvant aller jusqu’à 64Go. Et la possibilité de transférer le contenu des jeux sur la carte SD permet de soulager la mémoire interne.

Pour autant, même 16Go, c’est peu. Espérons que ce produit ait suffisamment de succès pour pousser Archos à proposer des versions de capacité supérieure...

JPEG - 347.6 ko

- Connectiques

Outre le port micro SD précédemment cité, Archos reste fidèle à ses habitudes en proposant des connectiques très complètes : port micro-USB (câble Host vendu séparément), mini-HDMI, mais également WIFI Dual Band (pour une meilleure stabilité et rapidité) et Bluetooth.

Ce GP2 est par ailleurs compatible Wifi Display/Miracast : permet de projeter l’image de la tablette sur des téléviseurs compatibles par simple Wifi. Parfait pour de la navigation web, la musique ou, mieux encore, de la lecture vidéo jusqu’à 720p. Au delà (1080p par exemple), l’expérience n’est plus assurée et dépend trop de la qualité du Wifi. Idem évidemment pour les jeux, qui transfèrent de la haute définition à la TV et qui peuvent par conséquent être sujets à des saccades en cas de Wifi trop peu performant.

Notre confrère JBMM s’est livré à une batterie d’essais que nous vous invitons à parcourir si vous souhaitez une vision approfondie : clavier, souris, clef 3G, manette, disque dur... En USB ou en Bluetooth, le choix se révèle assez large.

JPEG - 218.7 ko

>> Chapitre suivant : une tablette Android


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]