logo

Design et qualité de fabrication

mercredi 22/08/2012 par

Commentaires 6 commentaires

3) Design et qualité de fabrication : La tablette Weight watchers

La 101G10 XS porte bien son nom, la tablette impressionne par sa finesse !
Et finesse ne rime pas avec fragilité : la tablette ne craque pas, ne se déforme pas. L’impression de solidité est bien présente.

JPEG - 277.6 ko
C’est.... Toujours fin


PNG - 864.4 ko
On appelle cela tirer des bords...
PNG - 172.6 ko
http://www.chrisnsoft.com


Petite revue en vidéo :



Cette finesse va de pair avec une légèreté agréable : 600g annoncés pour la tablette (contre 650g pour le nouvel iPad et 586g pour la Transformer Prime), 250g supplémentaire avec le clavier, le tout réparti de façon homogène. Dans la bonne norme, donc : elle peut être manipulée durant un bon moment avant que son poids ne se fasse réellement ressentir.
Après le test de la balance, le poids exact du prototype est de 630g et celui du clavier 270, ce qui fait un ensemble à 900g.
L’iPad 3 avait redéfini les tablettes grâce à un écran doté d’une très grande densité de pixels, donnant l’illusion d’avoir une feuille de papier numérique entre les mains. La G10 XS donne ce même ressenti "papier", mais grâce à une approche différente : si l’écran ne dispose pas de la résolution élevée de sa concurrence, la finesse et la légèreté de cette tablette de 10" nous donnent l’impression là aussi de manipuler une feuille de papier (une grosse feuille de carton pour être plus honnête).
La tablette seule est légère, son clavier l’est davantage encore. Cependant, le poids du couple se fait sentir quand il est porté en mains. Mais cela est toujours temporaire (sortir la tablette de son sac pour la poser ensuite sur un bureau), ce n’est donc absolument pas handicapant dans la pratique.

A noter que les angles arrondis de la tablette permettent une prise en mains agréable de la bête.

Le design made in Archos reste bien présent, avec ce bord en métal brossé qui cercle l’écran ; le procès pour copie de l’iPad n’est pas à l’ordre du jour !
Rappelons tout de même qu’Archos a proposé ses premières tablettes bien avant l’iPad...

JPEG - 307.9 ko
Ecran brillant à n’en pas douter !


JPEG - 245.1 ko
Archos 101XS et non 101 G10XS (La génération d’avant avait "G9")


Avec le temps, on s’habitue peut être à ce design particulier, qui dénote en tous cas largement dans un monde où la majorité des constructeurs calque l’esthétique de leurs produits sur celui de la pomme. En tous cas, celui-ci s’avère plus réussi que celui de la Gen9 ; en effet, même si les bords cerclant l’écran se font toujours sentir sous les doigts, ceux-ci sont réduits au minimum et la différence d’épaisseur devient presque imperceptible.
Bien sûr, le passage des doigts sur l’interstice décèle toujours ce petit décrochage, contrairement aux surfaces intégralement vitrées de la concurrence comme l’iPad (qui reste objectivement la référence), mais cela accroche largement moins le doigt et se fait finalement oublier.
On rappelle que ce procédé d’emboitement, breveté par Archos, participe largement à la finesse du produit.

De part et d’autre de cet écran, sont positionnés :
- un unique haut-parleur à droite (point de rendu stéréo, donc), dirigé judicieusement vers l’avant (la Gen9 disposait de haut parleurs sur le dos...)
- un microphone et une camera (720p) à gauche

La 101 revêt une nouvelle robe inédite chez Archos : le blanc !
Cette tablette est recouverte d’un plastique agréable au toucher, doux, mat et donc peu sensible aux traces de doigts. Un renouveau qui donne un petit vent de fraicheur chez Archos qui abandonne, partiellement, les couleurs sombres et métalliques des générations précédentes ! Joie.

Le dos de la tablette propose un design là-aussi particulier : une large surface de métal reprend le ton du cerclage de l’écran :

JPEG - 366.6 ko


Est-ce un style voulu uniquement pour le rendu visuel ou un procédé indispensable pour assurer la solidité, la dissipation de chaleur ou l’attache magnétique ? Peu importe : là encore, Archos offre une esthétique différence qui pourra, pour certains, être appréciable. Après tout, on ne discute pas les goûts...
D’ailleurs, stupéfaction ! Sur le dos, la béquille brille par son absence. Cette béquille pourtant caractéristique presque génétique des baladeurs puis tablettes Archos, n’est plus présente ! Mais pour éviter quelques infarctus, rappelons que le clavier, fourni de série, prendra le relais en faisant office de support.

Malgré sa finesse, Archos n’a pas sacrifié la partie connectique : on dispose d’une sortie jack classique, d’un mini HDMI, d’un port micro USB et d’un port micro SDXC pour étendre la mémoire de l’appareil. SDXC, oui la nouvelle norme, au delà des 32Go du SDHC.
Ainsi, la limite de capacité sera celle imposée par votre portefeuille !
Archos semble ainsi tourner définitivement le dos aux disques durs, plus lourds, plus encombrants, plus lents et plus fragiles que le stockage flash. Mais moins chers...

JPEG - 155.8 ko


JPEG - 172.7 ko
Prise jack


Sur le bord inférieur apparait un tout nouveau port : celui qui permet de connecter son clavier !
Deux puissants aimants sont également présents de chaque côté de celui-ci, afin de fixer fermement la tablette à son clavier amovible.

JPEG - 303.1 ko
La puissance du port du Havre !


JPEG - 131.3 ko


Ce port est un dérivé de l’USB utilisant le même protocole (avec token ring) pour l’échange d’informations.
Première conséquence : il permet la synchronisation et la charge quand la tablette est fixée à son clavier, puisqu’étant lui même doté d’un port micro USB.
Deuxième conséquence : on peut s’attendre à quelques accessoires annexes si Archos ou un constructeur tiers a le courage d’utiliser ce dérivé de l’USB. Archos a déjà prévu une "dock station" et une "Boombox" (enceintes). Gageons que, dans ses rêves les plus fous, Archos souhaiterait pouvoir licencier ce même dock auprès de partenaires... à l’image de ce que fait Apple avec ses produits.

Les boutons ON/OFF et volumes sont discrets et très faciles d’accès : un véritable bond en avant par rapport à ceux - immondes - des premières Gen9 ! Leur relief permet en effet de les sentir aisément sous les doigts, juste ce qu’il faut pour ne pas être actionnés accidentellement.
Petit bémol : ils semblaient avoir un peu de jeu, mais difficile de statuer pleinement puisque c’est peut-être la conséquence d’avoir une pré série en main.

JPEG - 235.9 ko
Archos a perdu son vert dans le logo, mais l’a gardé pour ses LED !


De plus, le plastique blanc et inévitablement fin est du coup translucide : en situation de pénombre, on distingue la lumière sortant de la DEL à travers le plastique. Rien de bien dérangeant, cela dit.

JPEG - 329.2 ko
La LED laide


Outre ces points précis, quand on regarde de près, les finitions sont impeccables : tout est parfaitement emboîté et ajusté. Rien ne semble avoir été ajouté à la va-vite. On pourra reprocher peut être une prise jack proéminente et non travaillée en biseau pour coller parfaitement avec les bords inclinés de la tablette. Interrogé à ce sujet, Archos nous a indiqué qu’un travail de la prise jack aurait fragilisé cette dernière. On ne peut que les croire sur parole...

Ainsi, le design de la tablette reste tout de même dans la lignée directe des Gen 8 et 9, mais avec un niveau de finition supplémentaire largement appréciable. Archos s’affirme avec ce design, qui devient comme la signature de la marque.
Il faut quand même avouer que - objectivement - les tablettes Archos sont toujours un peu en dessous des tablettes haut de gamme, d’un point de vu purement esthétique. Les plastiques, l’absence de dalle affleurant l’écran y sont pour quelque chose. Et difficile désormais d’évoquer le positionnement milieu de gamme du produit pour justifier ce choix : l’Archos 97 Carbon (en test ici) montre bien qu’un design plus classique mais plus classieux est possible pour un produit plus moyen de gamme encore...
Cependant, le progrès est réel et l’impression globale reste largement positive : très agréable à regarder et à manipuler, il pourra être montré avec fierté à ses amis...

Le clavier

Accessoire réellement pertinent, il change fortement l’approche au concept de la tablette. Parlons design pour l’instant, l’aspect fonctionnel sera détaillé dans le chapitre idoine.
Ce clavier AZERTY (ou QWERTY/QWERTZ selon les pays), lui aussi très fin et vraiment léger, offre le même confort de frappe que les meilleurs netbooks. Il arbore (heureusement) le même design que la tablette et permet d’avoir un ensemble homogène et cohérent. Les touches "chiclet" sont bien assemblées, sans souci d’ajustement. Le léger rebord cerclant les touches n’altère pas le confort de frappe.

JPEG - 349.5 ko


Malheureusement, contrairement au clavier des EeePad Transformer par exemple, la connectique est en revanche très limitée. Point de port USB format standard, ni de slot SD, ni de batterie additionnelle. Ici, il n’y a un port microUSB pour la recharge et la synchronisation. D’un autre côté, il est difficile d’avoir le beurre et l’argent du beurre : pour profiter d’un ensemble ultra fin, il faut sacrifier la connectique qui est, rappelons-le, déjà très complète sur la tablette elle-même. Archos a certainement fait un bon choix ici, afin de proposer un ensemble d’une finesse remarquable. Tout autre ajout aurait été finalement assez superficiel.

Le fait de déporter le port micro USB à l’arrière du clavier est également un bon point : aucun câble disgracieux ne vient gâcher l’espace de travail lors de la recharge, lors du branchement à un ordinateur ou à une clé USB/3G via un adaptateur micro USB/USB. Le risque de mauvaise manipulation et d’accident est ainsi minimisé.

A noter qu’une vis est apparente au niveau de la béquille, mais rien de bien méchant.

JPEG - 198.2 ko
La vis et le connecteur µUSB


Une fois la tablette mise sur le clavier, le tout est solidement attaché et donne un effet très agréable. Il est alors possible de tenir la tablette par le clavier dans toutes les positions, sans risque qu’elle se détache. Plaisant...
Le fait d’avoir la tablette, non pas à l’extrémité du clavier mais aux 2/3 de celui-ci est un peu déroutant au début en donnant une certaine impression de travailler dans un espace confiné ; mais avec le temps on s’y habitue très bien.

JPEG - 259.7 ko


JPEG - 463.7 ko
XS VS iPad (sans béquille)


La béquille, élément indispensable pour la solidité de l’ensemble, est peut être le point de faible de cet ensemble : dénaturant légèrement le design du bundle, elle semble quelque peu fragile et nécessite un positionnement manuel avec un minimum de doigté.

Une fois le clavier replié sur la tablette, on se retrouve avec un bloc toujours aussi agréable par sa finesse. On ne se doute pas qu’on a un combo tablette-clavier si on ne connait pas la G10XS.
Le tout va se ranger discrètement dans une sacoche sans prendre de place.

PNG - 376.9 ko


Ainsi, cet ensemble tablette + clavier constitue un objet plutôt bien fichu, solide et très agréable à manipuler. La finesse est un plus appréciable.
Le clavier plaqué sur la tablette et protégeant ainsi l’écran améliore la mobilité de cet Archos 10", un format qui est normalement plutôt sédentaire.

Une conclusion toute en finesse

Quand le test du nouvel iPad était sorti, on pouvait lire ce genre de phrases dans la presse : "Sur une tablette, un ou deux millimètres de plus ou de moins ne font guère la différence. Le poids est toujours un élément important mais l’épaisseur quand elle reste raisonnable ne modifie pas la prise en main de l’objet, contrairement à un téléphone qui se doit d’être le plus mince pour rentrer dans une poche, pour être bien tenu à la main, par exemple". Il fallait bien en effet justifier la prise d’embonpoint de la nouvelle version de la tablette d’Apple.
Il est cependant vrai qu’une tablette qui reste sur la table, qui est utilisée avec un support, qui est transportée par une housse, ne semble pas être aussi dépendante de la finesse que peut l’être un téléphone, tant qu’on peut bien la prendre en main.

PNG - 2.4 Mo


Ainsi 7,6 ou 8,3 mm, qu’est ce que ça peut faire pour le client lambda ? Est ce qu’il va se ruer sur la tablette la plus fine, et pourquoi ?
A priori, il est vrai que, dans la mesure du raisonnable, la finesse n’est pas vraiment un élément très important. Mais c’est différent ici : c’est un réel avantage.
Archos ne fournit pas seulement une tablette ultra fine, il propose une tablette et un clavier parfaitement complémentaires, et particulièrement compacts. La finesse de la tablette en elle même est un atout supplémentaire, mais le fait d’avoir une tablette (de 10 pouces tout de même !) et un clavier dans un environnement aussi confiné est une vraie prouesse et devrait en intéresser plus d’un : tous ceux recherchant quelque chose entre le netbook et l’ultrabook par exemple... Cet ensemble est en effet plus fin que la majorité de ces produits et offre un rapport "confort-encombrement" des plus intéressants.

Donc oui, ici avec son clavier, Archos a eu raison de se pencher sur la finesse (et la légèreté). Le résultat est convainquant et le produit final est aussi robuste que nomade. Ce n’est pas "être fin pour être fin" mais "proposer un produit fin léger et discret qui sera agréable à utiliser et invisible à transporter"
Nous vous invitons à lire cette petite analyse des tablettes-clavier et la position que peut tenir Archos dans ce secteur.

Comparaison avec d’autres tablettes et appareils :

JPEG - 193.3 ko
XS vs Archos 9


JPEG - 329.1 ko
XS + clavier VS Archos 9


JPEG - 281.9 ko
XS VS iPad 3


JPEG - 262.6 ko
XS vs Playbook


JPEG - 213.5 ko
XS + clavier VS playbook


JPEG - 383.7 ko
XS VS netbook


JPEG - 280.1 ko



>> Chapitre suivant : l’écran

<< Retour au sommaire


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]

Design et qualité de fabrication

Les commentaires pour les anciens articles sont désormais fermés.

6 commentaires


  • Baptisted - le 22 août 2012 à 18h40min

    La référence à Alphonse Brown, GG.

  • Perfectfred - le 22 août 2012 à 19h45min

    Et au fait que je sois Havrais ;-)

    PS : j’ai laissé traîner la tablette un peu partout : le blanc ne se salit vraiment pas facilement. ;-)

  • Baptisted - le 22 août 2012 à 21h57min

    Tant mieux ! Et je trouve ton sol étrange.

  • Pierre-Yves - le 22 août 2012 à 23h24min

    C’est dommage je trouve d’avoir mis une LED verte.
    Personnellement, j’aurais plus vue une blanche qui serait restait dans l’idée du blanc et ça aurait limité l’impact de la transparence de la coque blanche...
    Bien sur c’est un avis personnel ;)

  • Baptisted - le 23 août 2012 à 12h25min

    D’après le test du JDG elle se salit facilement dans un sac, et l’alu se raye. Pas toi ?

  • Perfectfred - le 23 août 2012 à 19h42min

    J’ai laissé trainer la tablette un peu partout je n’ai pas eu de soucisµ. Il y avait des rayures sur la partie métallique, mais je ne pense pas en avoir créé plus.
    Je pense que transportée dans une petite housse en tissus doux, il n’y a pas de soucis.