logo

Design et ergonomie

vendredi 18/06/2010 par

Commentaires 0 commentaires

Design

Lors de sa première présentation en juin 2009, l’Archos 9 avait impressionné les foules. Depuis, l’iPad étant passé par là , le constat se doit d’être plus mitigé car, si la tablette en elle-même est séduisante, sa qualité de finition reste comme toujours inférieure à celle de la firme à la pomme. D’autant plus facilement d’ailleurs que cette dernière fait - comme toujours chez Apple - honteusement fi des périphériques peu esthétiques type port USB, pied ou batterie amovible, pourtant fort utiles.
Enfin, la présence de plusieurs boutons en façade de l’Archos 9 pour pouvoir éventuellement se dédouaner du tactile vient évidemment entacher le design de l’objet.

Outre les deux haut-parleurs stéréo situés de part et d’autre de l’écran, nous avons droit à  :

Côté droit :
- Un bouton On/Off
- Le trackpad (pour diriger la souris au doigt)

JPEG - 289.2 ko

Côté gauche :
- L’œil de la webcam
- Un bouton pour émuler le Ctr/Alt/Suppr (ben oui, on est sous Windows...)
- Un bouton pour activer / désactiver le clavier virtuel
- Deux boutons pour émuler le clic gauche et droit de la souris

JPEG - 433.1 ko

Trois loupiotes complètent le dispositif : témoin On/Off, témoin de charge et utilisation du disque dur. Le clignotement assez incessant de ce dernier témoignant de la forte utilisation de la mémoire virtuelle de Windows Seven...

Le prix à payer quand on embarque du Windows...

Si l’utilisateur peut globalement se satisfaire de la présence de ces boutons, Archos - comme à son habitude - n’a pas poussé le concept jusqu’au bout et propose des boutons peu esthétiques : ils auraient gagnés à être mieux intégrés dans la coque, voire même à être tactiles plutôt que physiques.

Le form factor de la tablette est pertinent pour une utilisation horizontale. En revanche, il n’est pas du tout adapté à une bascule en mode vertical (pour les ebooks, notamment) : tant pour ses bords inférieurs et supérieurs à angles droits (contrairement aux arrondis des bords gauche et droit), que pour le logo "Archos" dont le positionnement induit automatiquement dans l’esprit de l’utilisateur l’orientation par défaut (tout comme pour les autres tablettes du constructeur d’ailleurs).

Enfin, dans le domaine de l’esthétisme pur, la combinaison de plastique (la coque) et d’aluminium (le pourtour de l’écran) constitue un choix pour le moins contestable (déjà valable pour l’Archos 5IT).

Ergonomie

Plus encore que la performance très modeste de l’appareil, c’est l’ergonomie qui peut rebuter l’éventuel consommateur.
Celle de l’Archos 9 peut s’analyser sous deux angles : l’ergonomie de l’environnement logiciel d’une part (in fine : celle de Windows Seven), du support physique d’autre part.

Ergonomie du support physique :

Les dimensions de l’Archos 9 sont relativement agréables : si la tablette aurait gagné à être encore un peu plus fine et légère (elle l’est déjà plus que les tablettes PC concurrentes), la surface proposée est réellement intéressante : ni trop, ni trop peu.

Côté prise en main, alors que l’agencement théorique des commandes (de part et d’autre de l’écran) parait excellent au premier abord, les boutons se révèlent finalement peu agréables à utiliser : pas assez larges et trop "physiques", des boutons tactiles auraient été probablement plus pertinents.
Le trackpad - tactile - aurait lui aussi gagné à être plus large pour permettre des déplacements plus intuitifs.
Mention spéciale aux raccourcis pour ajuster la lumière ou activer/désactiver le Wifi, qui demandent à se transformer en poulpe (utilisation de deux boutons simultanés, positionnés tous deux sur le côté gauche - donc accessibles via la même main). Heureusement, certains forumeurs ingénieurs proposent des parades ingénieuses qu’Archos devrait prendre en considération.

Pris à deux mains, sans support, les coins anguleux de la coque tendent rapidement à faire mal à la paume des mains. Pas très agréable, donc. On aurait apprécié des arrêtes largement moins prononcées, ce qui n’aurait d’ailleurs probablement rien enlevé au design.

En revanche, la béquille intégrée est réellement utile : ses deux positions permettent de trouver un angle optimal pour la plupart des situations.

JPEG - 376.6 ko
JPEG - 268.5 ko

Ergonomie de l’environnement logiciel :

Contrairement à Apple qui, avec son iPad, dispose d’un environnement entièrement dédié au tactile (ce qui n’est pas sans conséquence sur les fonctions proposées - forcément limitées), l’environnement de cet Archos 9 reste entièrement tributaire des capacités tactiles du dernier OS de Microsoft. Et malgré toute la communication que la firme de Redmond a pu faire sur cet aspect, Windows Seven est loin d’être performant en la matière !
Mettons tout de suite de côté le "Touch pack" diffusé par Microsoft pour mettre en exergue les capacités tactiles de son dernier OS, d’une part car il ne concerne que quelques applications dédiées peu utiles dans la vie de tous les jours, d’autre part car ces applications ne sont pas faites pour l’Archos 9 : graphiquement trop évoluées (à part une ou deux qui tournent presque correctement) et de toute façon développées pour du multitouch (que le produit d’Archos n’a pas).
Une fois ce pack mis de côté, que reste-il de "tactile" dans Windows Seven ? Une vague fonction qui permet de gérer des raccourcis tactiles type :
- "précédent" en effectuant un glissé gauche
- "suivant" en effectuant un glissé droit
- "bas" et "haut" pour faire défiler les pages vers le haut ou le bas

Si ces raccourcis sont sympathiques, l’interface en elle-même conserve ses caractéristiques habituelles : menus déroulants qui mènent à des sous-menus déroulants, boutons rikikis, menus contextuels à rallonge et en tous petits caractères... Bref, du Windows habituel, bien loin des critères ergonomiques habituels pour les interfaces tactiles.

On appréciera cependant quelques nouveautés - non dédiées au tactile - mais qui améliorent cependant le quotidien :
- la barre des tâches a gagné en hauteur et se révèle relativement aisée à manipuler
- les fichiers et répertoires, depuis Vista, peuvent être affichées en miniatures, qui, en plus d’être esthétiques, sont suffisamment larges pour le doigt
- les "gestures" Aero Snap, Peek et Shake peuvent faciliter la manipulation des fenêtres ; malheureusement, elles ne sont pas disponibles sur la version Starter (mais qu’il est fortement recommandé de remplacer par Premium ou supérieur) et nécessitent surtout l’activation de la fonction Aero... très gourmande en ressources et donc rapidement désactivée.

L’absence d’un accéléromètre a deux conséquences :
- D’une part, elle oblige l’utilisateur a faire pivoter manuellement l’affichage du mode horizontal vers le mode vertical (et inversement), lorsqu’il le désire. Difficile d’accès par défaut (clic droit sur le bureau puis options graphiques, puis rotation...), un petit programme proposé par un des membres de nos forums pallie agréablement cette carence en proposant un raccourci). Une fois lancée, cette rotation de l’écran n’est pas très esthétique : à cause du réaffichage progressif des fenêtres ouvertes, elle se révèle saccadée (rotation brutale, sans effet d’animation) et peut parfois prendre plusieurs secondes...
- D’autre part, oubliez évidemment l’idée de pouvoir jouer à un jeu en inclinant simplement la tablette, comme c’est possible sur les traditionnels smartphones

Côté applications, Microsoft propose un Media center plutôt sexy mais qui se révèle toujours trop gourmand pour l’Archos 9, même s’il est enfin utilisable (il ne l’était pas sur la v1, tant ça ramait...) :

JPEG - 371.6 ko
JPEG - 508.9 ko

Personnalisation Archos :

Avec un environnement comme Windows Seven, on pouvait légitimement penser qu’Archos - à l’instar de certains de ses concurents - allait un minimum personnaliser et optimiser l’interface pour en améliorer l’expérience utilisateur. Erreur... Hormis un clavier à l’utilité discutable (face à celui proposé par défaut par Microsoft), rien n’est proposé. Ni côté configuration des ressources activées, ni côté interface.
Outre que ça soit fortement regrettable, il est donc recommandé de passer un peu (beaucoup ?) de temps à optimiser au mieux son environnement : installations de logiciels, plugins pour les navigateurs internet, augmentation de la taille des icônes...

Rendez-vous dans notre page dédiée...

Et l’écran ?

Doté d’un écran résistif 8,9", pour une résolution de 1024x600, l’Archos 9 propose un écran qui laisse un peu sur sa faim.
Si l’écran mat a les atouts de ses inconvénients (peu de reflets, mais moins sexy qu’un écran glossy), il laisse apparaitre un léger voile granuleux qu’on pensait disparu depuis la génération 5.
De même, les angles de vue sont relativement moyens : bons au dessus et sur les côtés, franchement mauvais par le dessous et les couleurs s’inversent très rapidement au fur et à mesure que l’on penche la tablette... Pas grave peut-on penser ? Malheureusement, un peu tout de même : posé sur une tablette de TGV, par exemple, l’angle de vision peut parfois ne pas être optimal et ainsi afficher des couleurs légèrement délavées...

Côté réactivité tactile, on est assez éloigné de celle des meilleurs produits du genre (notamment dans le monde des smartphones) : même pour un écran résistif, l’appui nécessaire reste important, ce qui va forcément à l’encontre de la qualité de l’expérience utilisateur...

- Suite 04 : Applications - 1ère partie


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]