logo

Archos reste-t-elle une société innovante ?

mardi 24/08/2010 par

Commentaires 20 commentaires

Pour certains optimistes invétérés, dont je fais pourtant généralement partie, le titre de cet article peut sembler pour le moins provoquant. Mais après la publication des derniers résultats financiers, qui ont douché froidement les espoirs d’une rapide reprise de l’activité d’Archos, il est plus que légitime de se demander s’il existe encore pour l’une des rares entreprises technologiques française, des raisons d’espérer.

Mettons de côté les questions financières ; non pas qu’elles soient futiles ou anodines - elles sont au contraire primordiales pour comprendre l’incapacité d’Archos à augmenter sa production ou ses investissements en marketing et R&D - mais, s’il elles intéressent les actionnaires, elles n’ont en revanche que peu d’intérêt pour notre principal lectorat, composé avant tout de technolo-geeks.
Penchons-nous plutôt sur les produits eux-mêmes, sur leurs dernières évolutions et de celles probablement à venir.

Archos : une stratégie technologique vascillante

Archos propose aujourd’hui une ligne de produits divisée en deux gammes aux profils technologiques radicalement différents : la gamme "Vision" d’une part, initiée l’année dernière, et la gamme historique made-in-Igny, aujourd’hui représentée par l’Archos 5 Internet Tablet et l’Archos 9.

Henri Crohas, l’ingénieur visionnaire / Loic Poirier, le financier pragmatique : deux visions radicalement différentes de l’entreprise

Avec à peine une année d’existence, la gamme "Vision" cristallise à elle-seule la schizophrénie de la PME d’Igny : longtemps (re)connue pour son avance technologique, Archos s’est lancé dans le bas de gamme en faisant appel pour la quasi-totalité de la conception/production de ces produits "Vision" à des sous-traitants chinois. Finançant par là -même des entreprises qui viendront inéluctablement empiéter sur ses territoires dans les prochaines années.

Deux modèles de la gamme Vision : difficile de faire plus basique
JPEG - 15.4 ko

Technologiquement, ces produits n’ont rien à revendiquer : matériel et logiciel (Android 1.5...) sont datés, seul le prix final servant d’argument de vente. Rien de quoi valoriser l’entreprise...

A l’inverse, la gamme historique d’Archos, conçue intégralement par ses ressources R&D, constitue le fleuron technologique de l’entreprise. Et par conséquent son faire-valoir chez les distributeurs, tant nationaux qu’internationaux.
Mais force est de constater que l’avance technologique, si chère à Henri Crohas, a fondue ces dernières années aussi rapidement que les comptes de la société.

Rappelez-vous...

Archos avait il y a quelques années fait sa renommée en partie sur des fonctions bien spécifiques, dont ses concurrents ne disposaient pas : caméra intégrée (402 CamCorder en 2005), réception TNT intégrée (2006) et - soyons fous - GPS (en 2008).
Peu à peu, ces fonctions ont soit été abandonnées (la réception TNT, la caméra intégrée), soit généralisées chez la concurrence (GPS). Le plus ironique étant de constater que l’Archos 5IT souffre actuellement de l’absence d’une caméra intégrée pour lui permettre d’obtenir la validation officielle de Google pour l’accès à l’Android Market...
Côté accessoires, la station d’accueil (2004) a toujours constitué une plus-value fonctionnelle importante pour Archos, mais la diffusion des box internet et une incapacité chronique de la R&D à faire évoluer le concept (même design depuis 4 génération, arrivée très tardive du HDMI) et du marketing a le mettre en valeur ont fini par la ringardiser.

La DVR Station de génération 7, sœur jumelle de celles des générations 4, 5 et 6

Que dire également de l’excellente idée du Helmet Camcorder, dont les vidéos sportives avaient à l’époque foisonnées sur les sites type Youtube et Dailymotion, qui n’a jamais évolué (résolution 640x480) et a même disparu l’année dernière du catalogue ? Alors que dans le même temps, de nombreux fabricants d’électroniques surfaient sur la vague des mini-caméscope HD... Archos n’avait-il pas un coup à jouer en se plaçant différemment sur ce marché ?

Sa dernière apparition... à l’époque de la Gen6

Ainsi, on le voit ici, l’innovation technologique qui a fait le succès d’Archos - au moins dans le cœur de ses clients - est aujourd’hui largement remis en question, tant par la montée en puissance constante de son entrée de gamme Vision que par ses produits de pointe de plus en plus conventionnels.

Une critique récurrente : l’incapacité chronique d’Archos de pousser ses concepts jusqu’au bout

Et les exemples ne manquent pas. Outre les accessoires énoncés précédemment, on ne compte plus les projets avortés, par manque de moyens parfois, par manque d’ambition et de persévérance souvent.

Le plus symptomatique est celui du contenu : avec l’Archos Content Portal (ACP en 2007), Archos invente tout simplement le concept de portail d’applications (à l’époque, des mini-sites hébergés par les partenaires) dédiées au produit.

Mais malgré une offre de contenus notamment audio et vidéo plutôt aguichante à l’époque, le portail a rapidement pâti des faibles volumes de vente de la PME française : l’offre a tout d’abord grossi, puis stagné pour finalement totalement disparaitre. Et un an après l’ACP naissait l’AppStore d’Apple et le succès qu’on lui connait.

Plus récemment, l’exemple de l’AppsLib ne manque pas de sel. Près d’un an après son lancement techniquement misérable, le portail est juste acceptable aujourd’hui et encore loin de la plupart des portails indépendants qui ont fleuri sur le net. Comment accepter que les applications payantes et la visualisation de captures d’écran aient mis autant de temps à pouvoir être disponibles (un an, tout de même) ? Le développement d’un tel portail n’a pourtant rien d’un vrai challenge... Bref, inexcusable.

Plus technique, la réception TNT a également marqué les esprits : apparue pour la première fois avec une déclinaison de l’AV700 où ses antennes étaient directement intégrées au produit, elle fut reprise de façon légèrement différente pour la génération suivante avec une déclinaison du 704 mais où, cette fois-ci, les antennes étaient encapsulées dans un rabat. Plutôt ingénieux, le concept pouvait séduire mais les performances en mobilité (qui avaient constitué le principal argument marketing à la sortie du produit) semblaient en retrait.
Avec la troisième génération, Archos souhaite transférer la réception TNT au sein d’un accessoire, dans le but évident ou largement louable de s’ouvrir un plus large public. Et là , patatras : en véritable feuilleton de l’année, l’accessoire TV Snap-on n’en fini plus d’être repoussé de mois en mois, pour finalement être disponible en mars 2009, soit plus de 6 mois après son annonce... le tout uniquement pour l’Archos 5, l’Archos 7 en étant officiellement dépourvu alors que son large écran lui était prédestiné.

PNG - 348.4 ko

Avec l’actuelle génération 7, la réception TNT tombe finalement dans l’oubli : l’Archos 5IT n’est plus compatible avec cet accessoire pourtant fort séduisant et la version TNT de l’Archos 9, annoncée lors de la conférence, n’a finalement jamais vu le jour (tout comme la version 3G, le clavier bluetooth et la version 120Go...).

On avait fini par l’oublier...

Le tout sans qu’aucune raison ne soit invoquée et alors même que le site d’Archos en faisait la promotion à la sortie de la tablette. La TNT est-elle d’un coup devenue has-been ? A priori non : si la TNT en mobilité reste largement perfectible et ne constitue visiblement pas le saint-Graal tant espéré, un accessoire TNT resterait pleinement utile pour certaines utilisations (type maison de campagne ou camping). Certainement pas la killer-apps, mais ce type de fonction apportait une réelle visibilité à Archos en donnant au fabricant une image de marque d’avant-gardiste.

On pourra néanmoins objecter que cette désaffection d’Archos à l’égard de la TNT est probablement la résultante d’un investissement sur la DVB-SH. Manque de chance, comme l’indiquait fort justement Henri Crohas lui-même dans notre dernière interview, la technologie ne sera pas viable tant qu’un réseau consistant de satellites ne sera pas déployé.

Dernier exemple, le serpent de mer de la 3G.

Avec son Archos 5 3G+ by SFR, Archos espérait entrer de plain pied dans le monde des télécommunications. Un levier de taille y était espéré : utiliser le principe des subventionnements par les opérateurs pour faire artificiellement baisser le prix de ses tablettes internet (la différence était largement compensée, pour l’opérateur, par le revenu tiré des forfaits 3G liés).
Manque de chance, la sortie de ce produit dans les linéaires de SFR a été accompagnée d’une libéralisation du marché de l’iPhone. Conséquence : SFR a rapidement mis de côté le petit français pour se recentrer sur le produit pommé, au potentiel de vente sans commune mesure. Au final, 18 mois après, SFR s’est enfin débarrassé de ses derniers stocks à coup de promotions intenses...

Les versions flash et disque dur de l’Archos 5IT

A partir de là , alors qu’Archos avait initialement dans ses cartons des déclinaisons de tablettes en 3G et que certains de ses produits étaient même structurellement conçus pour accueillir une carte SIM, tous ces modèles 3G ont été abandonnés progressivement. Même pour l’Archos 9, dont une version ou extension 3G avait été annoncée en septembre 2009...

Pourtant, difficile de comprendre un tel abandon : l’Archos 5 3G+ de SFR est là pour prouver que les développements avaient bel et bien été réalisés et le supplément de coût sur les produits finaux pouvaient largement être compensés par l’intérêt qu’une telle fonctionnalité - même non subventionnée par les opérateurs - pouvait susciter chez les clients. C’est d’ailleurs ce qu’à compris DELL avec son Streak sorti tout récemment et qui dispose fort logiquement d’un slot pour SIM 3G.

Pour l’anecdote, Henri Crohas expliquait à la Chaine Techno en 2008 : "Je fais le pari qu’en 2010 la plupart de nos produits seront connectés 3G".
Raté...

Quels critères différenciant lui reste-t-il ?

A vrai dire, Archos ne dispose aujourd’hui comme critère différenciant que des hautes capacités (500Go pour la Gen7) et la compatibilité vidéo. Trop maigre.

L’Archos 5IT propose en effet une très large gamme de capacités, la plus large - et de loin - du marché, puisqu’allant de 8Go à 500Go. Là où l’iPod Classic n’affiche que 160Go et l’iPod Touch 64Go à peine. Archos garde son statut de leader chez les gros consommateurs de médias. Chance, ces produits sont onéreux et à forte marge. Mais le public est quant à lui restreint, Apple ayant redirigé avec succès la course à la capacité vers la course à l’ergonomie et à l’application, qualités autrement plus difficile à copier...

JPEG - 389.4 ko

Concernant la compatibilité vidéo en revanche, le constat est moins rose : si l’Archos 5IT affiche clairement une des meilleures - voire la meilleure - compatibilités du marché, trois phénomènes viennent amoindrir cette qualité :
- d’une part, la concurrence s’enrichit également au cours du temps, avec la montée en puissance des processeurs et l’augmentation croissante de la taille des écrans ; alors certes, les spécifications fonctionnelles théoriques de certains produits asiatiques notamment sont loin de pouvoir être mises en pratique, mais l’écart s’est sensiblement réduit.
- d’autre part, on peut assister ces dernières années à une certaine standardisation des codecs utilisés, le H.264 s’imposant pour la HD là où les divX / Xvid gardent la main sur la basse résolution. On reste évidemment encore loin du codec unique, mais la situation tend à se simplifier pour l’utilisateur final.
- Enfin, Apple, le principal concurrent d’Archos a largement su se soustraire à cette complexité en arrivant à imposer son iTunes comme principal source recompilatrice de médias. Et peu importe si la qualité finale peut en être détériorée : l’utilisateur lambda ne s’en rend finalement pas (ou peu) compte et s’en satisfait. Idem pour le nécessaire temps de réencodage : il est désormais ancré dans la vie de ses utilisateurs qui n’en ressentent finalement que peu de frustration.

Au royaume de l’économie de bouts de chandelle...

Dans sa recherche du moindre coût, Archos enchaîne les imperfections agaçantes et les boulettes contraignantes.

Pourquoi avoir ainsi pris le parti de ne pas incorporer à l’Archos 5IT une boussole, présente pourtant dans l’ensemble des téléphones motorisés par Android ? A un ou deux euro près, Archos s’est ainsi davantage interdit l’accès à l’Android Market, rendu incompatible pléthore d’applications (aujourd’hui nerf de la guerre) et donc frustré de nombreux clients... sans compter évidemment les développements spécifiques que cette absence à dû générer pour la R&D d’Archos.

Autre aberration - et non des moindres - l’assemblage de l’Archos : lors de la conférence de septembre 2009, Henri Crohas s’enorgueillissait de son brevet protégeant le procédé d’assemblage boitier/écran. Chouette, la dépose d’un brevet est toujours une bonne nouvelle.

Sauf que l’utilisation de ce procédé, dont les atouts sont a priori principalement financiers, génère un différentiel d’alignement - réduit, certes, mais bien présent - entre la coque et l’écran. Rien de grave au premier abord... sauf que ce différentiel induit deux conséquences fâcheuses pour l’utilisateur :
- d’une part en tant que ressenti pur et dur, ce dénivelé rompt l’uniformité soyeuse d’une surface lisse (celle-là même qui a fait tout le succès des produits pommés)
- d’autre part, ce dénivelé gêne le touché tactile près des bords, en particulier des coins ; zones pourtant hautement importantes pour Android (la barre de notification se déroule du bord supérieur vers le bord inférieur) et pour l’interface d’Archos en particulier (les boutons principaux sont positionnés dans les angles supérieurs) : tristesse...

Enfin, les sempiternels accessoires à rallonge continuent de faire mousser les critiques chaque année. Si les multiples plugins audio/vidéo se sont heureusement confinés au cours du temps, les accessoires conservent quant à eux leur aspect "pompe à fric" :
- La DVR station a pris 20 euro supplémentaires entre la génération 6 et 7 pour un simple ajout de prise HDMI (et de plugin vidéo "offert") - alors même que le concept du produit est amorti depuis des lustres
- Un port réplicateur de ports pour l’Archos 9 vendu près de 70 euro, alors que certains produits génériques sont moins chers et largement plus fournis...
- ... Sans compter les HDMI mini-dock, battery-dock et DVR Snap-on qui mériteraient d’être fusionnés pour gagner en clarté.

Alors, certes, Archos n’est pas le seul constructeur à agir de la sorte mais au moins certains concurrents prennent le soin de peaufiner le design de leurs produits...

Doit-on encore y croire ?

Ce constat ne fait pas de mystère : Archos n’est plus aujourd’hui l’entreprise technologique innovante que certains ont pu connaître par le passé. Sa situation financière - critique - a obligé ses dirigeants à effectuer des choix radicaux sur la structure même de l’entreprise, la transformant progressivement en simple revendeur "éclairé" de produits chinois. Les Archos A32 et A28, dévoilés tout récemment par l’habituelle incompétence et/ou malveillance des distributeurs et de la FCC, génèrent le sentiment que la Génération 8 poursuit dans la même lancée.

Le repositionnement stratégique des développements d’Archos

Archos, peu à peu, se fond dans la masse : par l’OS d’une part - Android et Windows 7 étant largement usités par les fabricants - et par les choix technologiques d’autre part, de plus en plus conventionnels.
Si l’importance croissante de la qualité de l’interface rend le passage à Android obligatoire, Archos n’ayant absolument pas les moyens de développer une interface propre à concurrencer celles existantes, Archos se doit de réinvestir massivement dans la R&D matérielle afin de créer des fonctions uniques et ainsi conserver sa spécificité sur un marché désormais largement encombré.

Malheureusement, depuis deux ans, les choix de la direction d’Archos ne semblent pas aller dans ce sens : l’innovation dans les produits haut de gamme semble stagner, voire même régresser, tandis que l’investissement dans le bas de gamme rebadgé s’est fortement développé en un an à peine.
D’ici quelques semaines, le dévoilement de la Génération 8 nous permettra de savoir si la stratégie reste la même ou si les technolo-geeks que nous sommes peuvent de nouveau espérer...


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]

Archos reste-t-elle une société innovante ?

Les commentaires pour les anciens articles sont désormais fermés.

20 commentaires


  • evensis - le 24 août 2010 à 12h41min

    C’est un bon résumé de la situation.
    Il est vrai que tout ce qui rendaient les produits d’Archos uniques ne sont plus d’actualité.
    C’est pour cela que j’espérais une grosse innovation qui aurait pu redresser entièrement l’image de la société : La 3D stéréoscopique.
    S’ils ne se mettent pas à jour, d’autres créeront des appareils compatibles. Et là , Archos perdra les clients qui étaient venus pour le multimédia.
    A l’inverse, s’ils innovent dans ce domaine, ils s’assurent la une de pas mal de médias.
    Je suis prêt à parier que c’est sur cette nouveauté que se jouera le futur de la marque.

  • celtic - le 24 août 2010 à 12h45min

    Qu’attendre de la génération 8 ?
    eh bien à une époque, je souhaitais la démission ou la mise à la porte de son patron ainsi que le rachat de la firme par une entreprise aux épaules ’solides’.
    L’insouciante politique de son patron fait que la société est ’dépassée’ à tous les points de vue.
    Alors que les tablettes internet vont entre septembre et Noà« l ( et après ) sortir de tous les côtés, chez toutes les marques, à tous les prix, que pourra bien faire la firme d’Igny ?
    fermer ses portes !
    Très cordialement
    Celtic

  • hydrogen - le 24 août 2010 à 13h24min

    non..

    Celtic a raison..

    soit Archos innove réellement sur la gen 8 soit c’est mort..

  • ipsos - le 24 août 2010 à 14h29min

    Excellente analyse de Thocan.

    Juste une remarque sur l’Archos 5 3G+ by SFR que j’ai failli acheter en son temps. Ce n’est pas l’arrivée de l’iPhone qui l’as tué. Elle était déjà morte bien avant, tuée dans l’œuf même, par une politique commerciale catastrophique (exclusivité SFR & exclusivité internet). L’arrivée de l’iPhone n’a fait que porter l’estocade.

    L’actualité nous montre qu’Archos maintient sa stratégie qui l’a mené droit au mur : on innove... nos produits se vendront tout seul comme des petits pains !

    Financièrement on voit bien que leur augmentation de capital n’a pu endiguer l’hémorragie.

    Face à ce gâchis marketing, et mes espoirs envolés, j’ai 2 bonnes nouvelles :
    - Je ne suis pas actionnaire d’Archos
    - J’ai bien fait de ne pas acheter l’IT 5 3G, déjà enterrée

    No futur...

  • Benmars - le 24 août 2010 à 17h53min

    Je rigole ! Chaque année, 1 mois avant la sortie d’une gen les même discours ... Heureusement que les visiteurs d’AL ne sont pas médium, ils seraient sur la paille !

  • cajl - le 24 août 2010 à 21h51min

    Il faut aussi prendre en compte les couts de dev et les besoins d’un marché en récession.

  • switcheremac - le 24 août 2010 à 23h40min

    Je pense que les finances d’ Archos sont un détail , et bien des entreprises au bord de la faillite ont su inover et se redresser !

    Les exemples sont nombreux et quand on cite Apple en exemple il faut voir que l’on parle d’une entreprise qui était has-been et ruinée il y a environ 10 ans ! Apple n’avait même pas les moyen de poursuivre le développement de son produit le plus révolutionnaire : le Newton !

    Je vais un peu en parler car c’est très caractéristique d’une boite à la dérive qui renait ... Et peut s’appliquer à Archos

    Ce qui est intéressant c’est la réponse de Steve Jobs rappelée aux commandes .

    1 : on trouve de l’argent : Apple enterre la hache de guerre judiciaire contre Microsoft ( qui avait plagié Mac OS ) et s’arrange à l’amiable pour avoir tout de suite des liquidité ... Archos semble avoir fait ce travail de recherche de liquidités !

    2 : on ampute la gamme , quite à revenir plus tard ! Exit le Newton ou Pippin , deux appareils révolutionnaires mais couteux ! Là pour Archos , c’est plus difficile , la gamme n’est déjà pas très étendue , mais Archos pourrait abandonner les netbooks .

    3 : on innove mais pas n’importe comment : il faut que cela marque !

    Je vais donner deux exemples ...

    L’iMac est le premier produit Apple de l’ère moderne ! il a révolutionné la marque et aussi un peu l’informatique car on mettait enfin des boitiers de couleur et d’un design domestique , il était simple à utiliser et pas trop cher , il s’en est vendu des millions ... Bon , maintenant on voit l’iMac du coté technique : C’est un dérivé d’un vieux PowerMac G3 remis plus ou moins au gout du jour et misant tout sur l USB ! Techniquement c’est du replâtrage d’un produit obsolète ...

    Archos aurait pu choisir cette voie : Avoir une idée de design en utilisant des bases techniques éprouvées remise au gout du jour ! Attention , le design , n’est pas juste un nouveau look , c’est l’adéquation entre l’ergonomie d’un produit et son esthétique . Le design , cela ne coute pas cher et cela rapporte ... A la place Archos nous sort un Archos 7 HT avec un capuchon pour cacher la webcam qui n’est pas là , et pas un seul Archos a le même type de design que les autres Archos ... Là pour moi c’est la plus grande erreur d’ Archos . Seulement un design sans technique , cela ne sert à rien ...

    La seconde révolution a été Mac OS : là aussi on fait du neuf avec du vieux , la base de Mac OS X est un Unix : FreeBSD où on a greffé un émulateur Mac OS 9 et une nouvelle interface graphique...

    Archos aurait pu faire de même : Linux , c’est pas pour les chiens ! Il est assez facile de changer l’interface sur tout Linux car l’interface est totalement indépendante de l’ OS , de petites équipes de développeurs ont fait des choses remarquables ( Voir Jolicloud ) sans grand moyen .

  • Thocan - le 24 août 2010 à 23h59min

    Merci pour ce commentaire sur Apple : l’exemple est assez juste

  • Benmars - le 25 août 2010 à 11h43min

    2. Les netbook étaient une source de liquidités importante apparemment, pas un coût. c’est l’une des raisons de leur apparition. Ils n’ont peut-être plus leur raison d’être.

    Côté design, quand je regarde l’IT et le 7 HT (voir les TIM) : auraient-ils commencé à trouver un design propre ?

    OS : Archos a toujours été Linux, justement. c’est juste avec le passage à Android qu’ils sont passé à Linux+Android. Concernant le "il est facile de", se référer aux interview vidéos de Henri Crohas qui explique que c’est très très loin d’être si simple. Jolicloud s’adresse à une base pc et utilise pas mal de composants pc tout prêt qui n’existent pas pour les mobiles. De plus, je suis l’évolution de Jolicloud depuis plus d’un an (trop long pour 1 gen/an), il est très générique et il y manque pleins de spécificités qui font d’une tablette autre chose qu’un générique (cf Windows 7 dans le 9 : du générique sans âme)

  • switcheremac - le 25 août 2010 à 12h20min

    Pour le design propre j’ai vu qu’il y avait en effet peut être convergence , c’est à voir pour la gen 8 !

    Ce serait bien plus facile pour Archos que pour jolicloud : il y a bien moins de configurations d’ Archos que de netbooks ! Mais je vais reprendre l’exemple d’ Apple : ses transitions techniques sont en général catastrophique , ce n’est en soi pas grave si le client a confiance en l’industriel et si l’industriel rectifie le tir en proposant des mises à jour ! J’ai eu l’un des premiers Macs Intel , c’etait la catastrophe : bugs , perte de souris , blocage de la machine , un vrai Windows 95 en pire ! Quelques jours après première mise à jour et presque tous les problèmes disparaissaient sauf les kernel panics et la souris , après 2 ou 3 mois tout était nickel ! Cela n’a pas nuit à la réputation des Macs , ils se sont de fait jamais autant vendus !

    Je ne dit pas que c’est lfacile , seulement c’est la seule solution : Archos sera toujours plus cher que les chinois ! Il est obligé de jouer la carte de la qualité !

  • switcheremac - le 25 août 2010 à 12h22min

    PS : je n’ai jamais vu un netbook Archos , cela en dit long sur les ventes dans ce domaine ! De plus Archos est obligé de se recentrer sur son métier d’origine ...

  • cajl - le 25 août 2010 à 20h30min

    je pense que les banquiers prêtent plus facilement à un Apple en baisse qu’à Archos.

  • Nastyatak / Marien - le 25 août 2010 à 20h40min

    Hum attention, à l’époque Apple n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui. Le banquier se fut Microsoft principalement.

    Mais c’est sûr que de toute façon aux USA on prête plus facilement qu’en France sur ce secteur d’activités.

  • switcheremac - le 25 août 2010 à 22h55min

    Ce n’était pas un Apple en baisse , comparaison faite , Apple etait plus dans la situation de Mandriva que d’ Archos ! On parle d’une période où toutes les entreprises historiques coulaient les unes après les autres !

    La seule chance qu’ Apple avait c’est que Microsoft n’avait pas trop intérêt à ce que Apple coule ! Résultat : Microsoft a acheté quelques action d’ Apple en échange d’abandon des plaintes d’ Apple et quelques procédés employés sur QuickTime ! Cette période a été très courte Microsoft a très vite revendu les parts d’ Apple !

  • switcheremac - le 27 août 2010 à 01h05min

    J’ai dû transporter 3 Go de données sur différentes machines , mon ( TRES ) vieux iPod ne le permettant pas j’ai décidé d’acheter une clé USB ou un petit baladeur numérique ( j’ose pas amener partout mon iPod car j’y tiens ) j’ai donc pris un Archos 1 Vision et là on se dit qu’ Archos est en mauvaise posture : le rebadgage de produits chinois est un métier : celui de bien choisir son produit ,une machine comme l’ Archos 1 peut flinguer une réputation d’une entreprise !

    Passons sur le ressenti plutôt camelote des principales touches , c’est regrettable mais à ce prix là on ne peut pas trop critiquer , cependant cela place vraiment le produit dans la catégorie " chinoiserie " . Cela aurait certainement couté 10 centimes d’Euros à avoir de bonnes touches !

    Le logiciel de conversion de fichiers sous Windows 7 bugues , ce serait un peu compliqué à expliquer , ma confiance en Windows n’étant pas optimum , Archos bénéficiait encore du bénéfice du doute !

    Le ponpon , un truc qu’on ne voit que dans les chinoiseries : soi disant compatible Mac , il se laisse polluer par les fichiers cachés des Macs ! Pire , du presque jamais vu , la seule façon de le nettoyer c’est d’utiliser un PC Windows ( cool pour une machine compatible Mac ) et de la configurer pour voir les fichiers cachés et les supprimer !

    Archos ne peut prétendre être une marque vendant du haut de gamme et produire ce genre de machines !

    Et je dirais que c’est dommage car si Archos avait bien fait son travail , entre autres au niveau logiciel , ce serait un petit appareil plutôt sympa !

  • - le 17 novembre 2010 à 14h14min

    Il semble dans votre article que l’obligation de passer par itune pour le matériel apple soit un avantage en simplicité pour la pomme, or moi qui n’utilise pas ce lecteur par défaut (je prèfère AIMP2, bien plus rapide et leger) je trouve cela particulièrement pénible.

  • Doopyx - le 21 mars 2011 à 10h05min

    Pour ajouter, je dirais que le design aussi joue beaucoup pour une marque..Archos et le design ne fait pas bon ménage..le design trop archaà¯que..fait trop chinois comme vous l’avez mentionné. Donc il faut qu’un produit nous saute aux yeux, et c’est pas le cas pour les produits Archos. Donc Innovation ou pas,si je connais pas la marque,même s’ils sortent un produit dernier cri,c’est le design qui va m’attirer, et me dire va voir si ce produit vaut le coup..

  • - le 17 juin 2011 à 00h56min

    Well, the post is actually the freshest topic on this registry related issue. I fit in with your conclusions and will thirstily look forward to your coming updates. Just saying thanks will not just be sufficient, for the phenomenal lucidity in your writing. I will right away grab your rss feed to stay abreast of any updates. =-=

  • mix - le 5 août 2011 à 10h26min

    Wow. You can listen to the track right here, and happy divine thoughts about the universe everybody !

  • Philippe - le 18 septembre 2011 à 15h28min

    La guerre d’application et appareils pour les paris sportifs mobiles continue aussi, betclic veut ces prochaines années détrôner tous ces concurrent, pourvu qu’il ne termine pas de la même façon qu’archos !