logo

002.Design et qualité de fabrication

jeudi 6/12/2012 par

Commentaires 0 commentaires

Design et qualité de fabrication



La GamePad est une tablette Archos, et ça se voit !


On retrouve la « patte de l’artiste » avec l’écran entouré d’un rebord métallisé légèrement en relief. Tout comme cela a été dit dans le test de la 101XS, ce relief est devenu au fil des générations presque imperceptible. Même si on n’atteint pas le confort et le sexy d’une dalle de verre affleurant l’écran, celui-ci n’est pas du tout gênante.

JPEG - 242.3 ko
JPEG - 273.9 ko


Les boutons power et volume sont astucieusement positionnés sur la tranche supérieure, évitant ainsi tout risque d’accident lors d’une partie frénétique. Ils ont juste assez de relief pour qu’on puisse les sentir et les discriminer sans avoir à quitter son regard du jeu.

JPEG - 176.4 ko


JPEG - 427.7 ko


A côté de ces boutons se trouvent un post micro USB pour la synchronisation et le rechargement, un port Jack et un port mini HDMI. La coque a été travaillée autour de la prise jack afin qu’elle ne ressorte pas de manière disgracieuse. Le slot micro SDHC se trouve sur la tranche inférieure pour soulager les 8 petits Giga octets de la mémoire interne.

JPEG - 190.1 ko


La tablette, même si elle fait très plastique – ce qui est somme toute assez normal pour un produit à 150 euros - est très bien finie. Il n’y a pas de bout qui dépasse, par de rebord qui gondole pas de craquement inquiétant. Pour le prix, on a un modèle qui respire la solidité et il n’y a pas grand-chose à redire. Même si le form factor est différent, elle peut être comparée à une Nintendo DS de première génération : un tank de plastique gris métallisé bien résistant.
Malgré tout, la console n’oublie pas de rester légère avec 327g sur la balance. C’est un excellent chiffre. Pour la situer, la Nexus 7 pèse 340g et l’iPad mini 307.

JPEG - 242 ko


La grande absence est la béquille. C’est la première tablette Archos à ne bénéficier d’aucun système de ce type : la gamme XS, dépourvue elle aussi de béquille sur la tablette elle-même, peut néanmoins utiliser son dock clavier pour en faire office. Relativisons malgré tout : il s’agit ici quand même plus d’une console que d’une tablette. Ni la PSP ni la DS n’ont de béquille.

Passons maintenant au plus important : les boutons et joysticks de la tablette qui fait de la GamePad… Une GamePad...
Pas moins de 14 boutons et 2 joysticks équipent cette tablette ! Nous sommes donc bien loin des faces totalement lisses des tablettes habituelles...
Ainsi, sur la gauche se trouve une croix directionnelle, une gâchette (L1) et un bouton (L2), et en dessous du joystick un bouton select.
A droite, de façon symétrique, on retrouve le même agencement, sauf que la croix directionnelle est « remplacée » par quatre boutons ABXY.
La prise en main est plutôt agréable avec une forme ergonomique façon « grip » sur la coque arrière.

JPEG - 172.9 ko
JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 1.8 Mo


Les pouces tombent naturellement sur la croix directionnelle et les boutons ABXY. Les joysticks sont du coup un peu plus bas. Cela obligera les grandes mains à se crisper un peu pour les atteindre, mais rien de trop handicapant.

Ces joysticks analogiques reproduisent à l’écran la direction mais également, par définition, la force avec laquelle ils sont actionnés : si on bouge un peu, ça va bouger un peu. Si on bouge beaucoup, ça va bouger beaucoup. C’est un bon point, certains joysticks destinés à Android se contentent d’être directionnels, à l’instar des tous premiers joysticks numériques D-Pad.
Cependant, leur course est relativement courte et, en pratique, le dosage se révèle peu évident.
En revanche, les boutons semblent solides et prêts à résister à de nombreuses heures de jeux.

Bien entendu tous ces boutons ne sont rien sans le logiciel « Archos Mapping Tool, brevet déposé » qui sera détaillé plus tard.

Au total, l’ajout de ces boutons ne déforme pas trop la tablette, même si elle est un poil plus massive que les autres modèles de 7 pouces du marché.
Par exemple la voici à côté d’une Blackberry Playbook, qui n’est pas la tablette la plus fine de sa catégorie. La GamePad ne fait pas figure de mastodonte difforme et c’est tant mieux.
Contrairement aux consoles portables classiques, le design laisse clairement entrevoir son origine "tablette", en détachant assez sensiblement l’écran rectangulaire de l’ensemble. Mais, malgré sa forme plus surprenante au premier abord, l’objet est plutôt beau et agréable à regarder, même s’il s’éloigne du concept actuel de tablette haut de gamme sobre et noble. Cependant ce n’est ni le prix ni la vocation de cette tablette vidéo ludique.

Pour l’instant, la mayonnaise prend.

>> Chapitre suivant : Écran

<< Retour au sommaire


Partagez cet article sur les réseaux sociaux: + FB
[ télécharger l'article au format PDF]